jeudi 18 juillet 2019
Accueil / A la une / Gilets jaunes: l’UNRPG veut alerter les députés
Gendarmes mobiles- illustration (Ph:M.GUYOT/ESSOR)
Gendarmes mobiles- illustration (Ph:M.GUYOT/ESSOR)

Gilets jaunes: l’UNRPG veut alerter les députés

Auditionnés cet après-midi à 16h30 à l’Assemblée nationale, les responsables de l’UNPRG sont remontés. Le premier président national adjoint de la principale association de gendarmes Jean-Pierre Virolet entend interpeller les membres de la commission d’enquête sur les moyens des forces de sécurité, présidée par l’ancien policier Jean-Michel Fauvergue. 

Lire aussi sur L’Essor: Info L’Essor – La commission d’enquête sur l’état des forces de sécurité dévoilée

Dans le cadre de la crise des Gilets Jaunes, “la Gendarmerie travaille à 60% en zone Police. Dans certains départements,  comme il n’y a pas assez de policiers au commissariat, le peloton de surveillance et d’intervention (Psig) et les brigades locales sont obligés de renforcer le dispositif qui est, les trois quarts du temps, tenu par un escadron de gendarmerie mobile”, s’insurge-t-il auprès de L’Essor, quelques heures avant son audition. 

Création d’un pôle violences urbaines

Jean-Pierre Virolet, qui sera auditionné avec le secrétaire général de l’association Gérard Sullet, estime que, “face à l’extrême violence des manifestations de Gilets jaunes, les escadrons doivent intervenir en unité constituée” pour ne pas se mettre en danger. Et, pour mettre un terme à ces violences, il estime qu’au “même titre que le pôle antiterroriste du parquet de Paris, il conviendrait de créer un pôle violences urbaines, avec un arsenal législatif actualisé et plus rigoureux”. 

Matthieu Guyot 

A voir également

Arc sur Tille Une

Arc-sur-Tille (Côte d’or): un poste à cheval 100 % féminin!

Mis en place pour la huitième année consécutive, le poste à cheval de la base de loisirs d’Arc-sur-Tille (Côte d'or) est cette année 100% féminin. Il est en effet armé par six gendarmes féminins. 

Un commentaire

  1. Philippe CAROL

    Bonjour,
    Effectivement, se serait la meilleure des solutions. Le GIGN à était créé spécialement après les tout 1er attentats en France et, depuis, se sont toujours les meilleurs dans ce genre d’interventions.
    Donc pour mettre un terme à cette “histoire ” de gilets jaunes qui n’a plus lieu d’être, ils faudrait que l’état créé un “groupement ” ou “unité ” d’élite tiré de l’armée, plus spécialement de la gendarmerie contre les violences urbaines.
    La discipline, l’entraînement, le sérieux des gendarmes n’est plus à prouver, les militaires, sont les seuls à pouvoir mettre fin à cette “chienlit “. La preuve aussi est qu’ils sont déjà très présent sur ces manifs et qu’ils sont plus efficaces que les policiers.
    Vaudrait même mieux que l’état se bouge le cu… pour créer cette “unité ” avant que cela ne dégénère encore plus, car à chaque samedi la violence monte d’un cran, jusqu’à ce que la bavure de trop fasse pété cette poudrière.
    D’autant plus encore, que dans ces manifs, il n’y a presque plus de “vrai ” gilets jaunes du départ, ce ne sont que des casseurs, blacks blocks, extrême droite, etc….Qui viennent non pas pour revendiquer quoi que ce soit, mais pour tenter de mettre la Patrie sans dessus dessous et déclencher une révolution, voir guerre civile.
    Cordialement, Paramicalement.à vous.
    Philippe C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *