mercredi 17 juillet 2019
Accueil / A la une / Gilets jaunes : aucune saisine judiciaire de l’inspection des gendarmes
Un lanceur de balles de défense de 40 mm (Crédit photo: MG/L'Essor).
Un lanceur de balles de défense de 40 mm (Photo/MG/L'Essor).

Gilets jaunes : aucune saisine judiciaire de l’inspection des gendarmes

La question d’éventuelles violences illégitimes dans le maintien de l’ordre face aux Gilets jaunes mobilise l’inspection générale de la Police nationale (IGPN). Ce n’est en revanche pas le cas de l’inspection générale de la Gendarmerie nationale (IGGN). La première, a annoncé le chef des policiers Eric Morvan ce vendredi 11 janvier sur France inter, a été saisie par l’autorité judiciaire de 78 dossiers.

Dans le même temps, ce lundi 14 janvier, la Gendarmerie n’a toujours pas enregistré de saisine judiciaire de l’inspection générale de la Gendarmerie nationale. Ses gendarmes des gendarmes au chômage technique, l’’Arme se garde bien toutefois, sur ce sujet sensible, de trop insister sur cette différence ni d’avancer des explications sur l’origine de ce phénomène.

L’IGPN plus connue

Une première raison explique cette prudence. Saisies, les deux inspections, qui ont chacune leur plateforme de signalement en ligne, se transmettent les dossiers une fois l’unité visée par la plainte identifiée. Des militaires ont peut-être donc d’ores et déjà été mis en cause par des plaignants qui ignorent les différences entre policiers et gendarmes.

“Spontanément, en cas de violences, je vais déposer une plainte à l’IGPN, car je les connais, ou au parquet, qui saisit ensuite cette inspection”, explique cet avocat parisien habitué à croiser le fer avec les institutions policières. Plus connue que l’inspection des gendarmes, la police des polices semble être un réflexe du côté du barreau.

Mais au-delà ce réflexe, l’absence de saisines de l’inspection des gendarmes est peut-être symptomatique d’une différence de culture entre Police et Gendarmerie. “Il y a un problème d’encadrement des détachements d’action rapide et de culture du maintien de l’ordre“, déplore le général (2S) Bertrand Cavallier, spécialiste du maintien de l’ordre, ancien commandant du Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie de Saint-Astier (Dordogne),

Gabriel Thierry.

A voir également

Exemple de conversation avec la brigade numérique (Crédit photo:GT/L'Essor).

Révolution numérique: le nouveau visage de la Gendarmerie (dossier)

[DOSSIER] La Gendarmerie s'empare de l'outil numérique et développe de nouvelles armes et de nouveaux moyen de communications.

7 Commentaires

  1. Crema

    Probablement parce les Gendarmes Mobiles sont plus et mieux encadrés ainsi que plus disciplinés que les forces de police… De plus, beaucoup de plaintes visent les policiers en civils des BAC participants au maintien de l’ordre alors que ce n’est pas leur cœur de métier et qu’ils n’ont en ce domaine là qu’une formation sommaire…

    • Bob

      En terme d efficacité par contre… l episode du pont avec le boxer ou tout 1 groupe est repoussé puis capture par un seul homme qui quitte les lieux paisiblement sous le regard des gendarmes violentes. L humilité est de mise en terme de comparaison des 2 forces.

      • Rémi

        C’est une approche. La mission étant la principale pour les manoeuvres de la gendarmerie, c’est la garde du pont qui a été privilégiée et non la course à l’échalote contre le boxeur. Le temps judiciaire pour l’identifier et le placer en GAV a ensuite été très rapide.

  2. caron

    les gendarmes actuels ont une mentalité différente des anciens lesquels avaient travaillé auparavant en entreprises, dans le privé, et connaissaient les difficultés et les aléas de la vie (chômage, cadences de travail, etc.. et comprenaient mieux les duretés de la vie des travailleurs, ouvriers, paysans, …

  3. Les gendarmes actuels ont aussi, je pense, des membres de leur famille concernés par le chômage et les difficultés du monde du travail civil.
    Quand aux anciens gendarmes, ayant eu un grand-père gendarme maritime, venant de la mobile et un père gendarme maritime , venant de la marine, ils ne connaissaient pas la vie civile….alors, ils ne devaient pas non plus connaitre la dureté des travailleurs du civil….et pourtant, ils devaient bien la côtoyer dans leur propre famille…et quand je parle d’anciens, ça remonte loin…..

  4. la majorité du MO en france se passe sur les zones étatisées et les procédures qui en découlent dans les grandes villes sont faites par la Police Nationale comme les 3/4 de la criminalité du territoire. Par ailleurs, dans toutes les grandes métropoles (ex Bordeaux) il y a une antenne de l’Igpn d’ou l’habitude des Préfets et des Parquetiers locaux pour saisir ce service. Je vous rappelle que les Crs qui assurent le MO depuis plus d’un siècle n’ont jamais connu de manifestant tué (ce n’est pas le cas d’autre sce) que lorsqu’une grenade est lancée et blesse gravement un manifestant l’identification du tireur ou du Service n’est pas forcément réalisable en cas d’intervention conjointe, et enfin que les Bac qui font l’essentiel des interpellations permettent avec le flash ball de neutraliser des individus qui agressent des policiers comme des ….. gendarmes dans les interventions conjointes que je vous laisse observer et que j’ai pratiquées. Très Cdt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *