samedi 4 juillet 2020
Accueil / A la une / GIGN, Police judiciaire, offices: les nouveaux patrons des gendarmes attendus pour cet été (actualisé)
Képis d'officiers généraux - Illustration (MG/L'Essor).
Képis d'officiers généraux - Illustration (MG/L'Essor).

GIGN, Police judiciaire, offices: les nouveaux patrons des gendarmes attendus pour cet été (actualisé)

Cet été, de nombreuses unités de la Gendarmerie vont changer de patrons. Le point sur les mouvements les plus attendus.

En juillet, il y a traditionnellement le Tour de France et le défilé militaire sur les Champs-Élysées. Et pour les gendarmes, il y a les changements d’affectation. Covid-19 oblige, il n’y aura pas de Tour de France ni de défilé militaire cette année. Mais dans l’Arme, la crise sanitaire n’empêchera pas les traditionnels chassés-croisés entre grands commandements et unités spécialisées. Mi-juin, voici les mouvements attendus dont L’Essor a pu avoir connaissance.

Un nouveau commandant pour le GIGN

Le général de brigade Laurent Phélip, commandant le GIGN depuis mars 2017, quitte son poste le 1er août. Le général de brigade Ghislain Réty va le remplacer à la tête de la prestigieuse unité d’intervention, vitrine de la Gendarmerie. Ce dernier est en poste à la direction générale et chef d’état-major du centre des opérations Covid-19.

Lire aussi: La Gendarmerie songe à implanter une antenne-GIGN à Caen

Nouveaux patrons pour la police judiciaire et les offices centraux

Le général de brigade Bernard Thibaud, le chef de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) depuis 2017, va devenir le nouveau “Monsieur PJ” de la Gendarmerie. Il est en effet promu sous-directeur de la police judiciaire de la Gendarmerie. Le général de brigade Marc de Tarlé lui succède à l’OCLDI. C’est l’actuel n°2 de la sous-direction de la police judiciaire. Quant au colonel Hubert Percie du Sert, commandant la section de recherches de Versailles depuis trois ans, il part comme chef du bureau des affaires criminelles. Il sera remplacé par le colonel Thomas Andreu, le patron de la section de recherches d’Orléans.

Côté ministère de l’Intérieur, le général de division Thierry Cayet, actuellement affecté à l’inspection générale de la Gendarmerie, rejoindra au 1er juillet l’inspection générale de l’administration (IGA) en tant qu’inspecteur général en service détaché.

Ils quittent le service actif

À noter également plusieurs départs du service actif. Exemple avec le départ du colonel Eric Emeraux, chef de l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité (OCLCH), remplacé par le général de brigade Jean-Philippe Reiland, adjoint au nouvel Office anti-stupéfiants (Ofast). C’est le colonel José Montull, adjoint à la SDPJ qui remplacera général Reiland, comme adjoint gendarmerie à l’Ofast. Le général de corps d’armée Pierre-Yves Cormier, qui dirigeait le commandement spécialisé pour la sécurité nucléaire (Cossen) depuis 2017, quitte lui aussi l’Arme. Tout comme le général de corps d’armée Philippe Guimbert, à la tête de la région Auvergne-Rhône-Alpes depuis 2018. Il sera remplacé par le général de corps d’armée Laurent Tavel, adjoint au major général. Le général de division Jean-Pierre Michel, commandant la région de gendarmerie de Nouvelle-Aquitaine quitte également le service actif. Le général de division André Pétillot, chef de cabinet du DGGN lui succèdera. Les nominations des grands commandeurs régionaux sont effectives lors d’un Conseil des ministres de la seconde quinzaine de juillet.

Enfin, comme nous l’évoquions il y a quelques jours, le général de corps d’armée Michel Labbé quitte à son tour le service actif. Le général de corps d’armée Alain Pidoux, qui commandait la région Bretagne depuis septembre 2016, lui succèdera à la tête de l’Inspection générale de la Gendarmerie (IGGN).

Lire aussi: Le général Alain Pidoux, à la tête de l’IGGN à partir du 1er juillet 2020

PMG

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *