L'Essor

Généralisation de l’intégration des femmes dans les escadrons de gendarmerie mobile

Gendarmes mobiles le 18 mai 2016 à Paris (Crédit M. GUYOT/ESSOR)

La direction de la gendarmerie vient de décider de généraliser l’intégration de sous-officiers féminins au sein des escadrons de gendarmerie mobiles (EGM) à partir du mois d’août.

Cette décision fait suite à une expérimentation d’un an (juin 2015-juin 2016) dans trois EGM (11/1 de Satory, 11/5 de Sathonay-Camp, 21/2 de Mont-de-Marsan) durant laquelle une dizaine de femmes sous-officiers ont été intégrées dans chacun des trois escadrons. Il y a au total 108 EGM en France, soit 13.000 gendarmes. Les femmes officiers peuvent servir en gendarmerie mobile depuis plusieurs années.

En même temps, la Gendarmerie va poursuivre la remise aux normes des cantonnements, en particulier pour permettre d’accueillir les femmes.

Comme cela a été le cas pour les trois unités expérimentatrices, aucune différence ne sera faite entre l’emploi des unités (maintien de l’ordre, renforts à la gendarmerie départementale, mission outre-mer …) au  sein desquelles serviront des sous-officiers féminins et celui des autres escadrons.

Près de 18 % de femmes servent parmi les 99.000 gendarmes d’active et 21 % chez les 25.000 gendarmes réservistes.

Exit mobile version