mardi 4 août 2020
Accueil / A la Une / La Gendarmerie, une source d’inspiration pour les sénateurs ?
Une audition de la commission d'enquête du Sénat sur l'état des forces de sécurité intérieure (Capture d'écran Sénat).
Une audition de la commission d'enquête du Sénat sur l'état des forces de sécurité intérieure (Capture d'écran Sénat).

La Gendarmerie, une source d’inspiration pour les sénateurs ?

Les 21 sénateurs de la commission d’enquête sur l’état des forces de sécurité intérieure viennent de passer la vitesse supérieure dans leurs travaux. Après avoir auditionné des fédérations syndicales de la police nationale, le secrétaire général du Conseil de la fonction militaire de la gendarmerie (CFMG), un journaliste, des universitaires et le directeur général de la Police nationale, les parlementaires entendaient ce mardi 20 février le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb. Et dans une quinzaine de jours, ce sera l’un de ses prédécesseurs, Bernard Cazeneuve qui sera interrogé.

Ce mardi soir, une dizaine d’élus sont présents en salle Médicis pour cette audition. L’ancien maire de Lyon prête serment, puis explique dans la foulée son action Place Beauvau, ses objectifs et sa réforme phare, la police de sécurité du quotidien, chiffres budgétaires à l’appui. Sans vraiment convaincre une partie des sénateurs. “Nous nous rendons compte que le malaise est profond, explique à L’Essor François Grosdidier (LR, Moselle). Les forces de sécurité sont en quête de sens et de reconnaissance.”

Une commission initiée après la vague des suicides

Cet automne, le groupe des Républicains au Sénat s’inquiète de la recrudescence des suicides chez les policiers et les gendarmes. Le sénateur Gérard Longuet (LR, Meuse), propose la création d’une commission d’enquête à sa formation politique. L’idée fait son chemin et après exercice du droit de tirage par la droite sénatoriale, le 30 janvier, un bureau est désigné. Présidé par Michel Boutant (Socialiste et républicain, Charente), il rassemble des élus de tout bord : communistes, majorité (LREM), indépendants ou centristes.

Le temps presse pour les sénateurs. La commission d’enquête a six mois pour rendre son rapport, attendu pour la fin juin. “Nous allons investiguer pour établir un état des lieux complets pour identifier les causes du malaise des forces de sécurité intérieure”, précise François Grosdidier. Le périmètre de la commission est large : polices municipales, douanes, administration pénitentiaire et renseignement devraient être scrutés à la loupe. Mais qu’on ne s’y trompe pas. Les sénateurs devraient avant tout se focaliser sur le malaise ressenti dans les deux grandes maisons du ministère de l’Intérieur, la Police et la Gendarmerie.

Henri Leroy
Le sénateur Henri Leroy (Crédit photo: GT/ L’Essor)

“La Police est au bord de l’explosion”, fait remarquer à L’Essor le sénateur et ancien officier de gendarmerie Henri Leroy (LR, Alpes-Maritimes). Et François Grosdidier de lister les lacunes sociales ou matérielles dans les deux forces : immobilier dégradé, obsolescence du parc automobile et de l’équipement informatique, ou les manques pour des formations pourtant essentielles.

Lire aussi sur L’EssorHenri Leroy : premier gendarme à siéger au Sénat

La Gendarmerie, source d’inspiration ?

Pour autant, les sénateurs ne mettent pas sur le même plan la Police et la Gendarmerie. Ils semblent même recommander à la première de s’inspirer de la seconde. “Il y a certainement un esprit de groupe, une cohésion à retrouver dans la Police, estime François Grosdidier. La militarité, avec son cadre collectif, sa culture, prépare mieux à faire face à l’adversité.

“La Gendarmerie, c’est un corps, une famille : c’est ce qu’il manque à la Police, où les personnels se sentent perdus et déplorent avoir trop ou pas assez de chefs”, abonde Henri Leroy.

Une petite musique qui semble faire son chemin. Ce mardi soir, Gérard Collomb délivre lui aussi des bons points à l’arme – sur un autre sujet toutefois. “Les brigades de contact, c’est un outil exceptionnel”, salue-t-il ainsi à propos de cette expérimentation de la Gendarmerie. “Nous souhaitons que la Police ait la même culture”, ajoute-t-il.

Lire aussi sur L’Essor : Les brigades territoriales de contact, un avant goût de la police de la sécurité quotidienne

Dans quatre mois, la commission d’enquête rendra son rapport. Parmi les pistes envisagées, la proposition d’un plan financier pour les forces de sécurité intérieure ou une “restructuration complète de la Police”, selon les mots de François Grosdidier. Assortie, peut-être, d’une invitation à s’inspirer de la Gendarmerie.

Gabriel Thierry

Crowdfunding campaign banner

4 Commentaires

  1. Bonjour,
    Si nos chefs étaient un peu plus proche de leurs hommes au lieu de faire de la batonnite, et de lorgner sur des glands supplémentaires sur leurs feuilles de chêne, cela aiderait…
    Sans compter la justice qui est plus proche du délinquant que des policiers, c’est du vécu…

  2. MONDON , Louis

    Major de Gendarmerie en retraite , force est de constater que tout ne va pas pour le mieux chez les forces de l’ordre . Cependant , j’apprécie le fait que nos sénateurs se soient emparés de ce malaise et qu’ils suggèrent à la police Nationale de s’inspirer de l’esprit de corps , de cohésion , de la culture et du statut militaire qui animent notre belle institution même s’il existe encore de gros efforts à faire dans bien des domaines . Les syndicats de police , plutôt que de critiquer et de jalouser la Gendarmerie feraient bien de s’interroger sur la qualité de leur recrutement , des résultats véritables qu’ils obtiennent et de l’image qu’ils donnent à la population .Plus de discrétion , plus d’humilité , plus d’humanité ne pourrait que leur être profitable . Ne faisons pas pour autant l’amalgame car il existe au sein de la police des gens d’une exceptionnelle qualité tout comme dans la Gendarmerie et dont le mérite n’est pas toujours reconnu .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *