mercredi 11 décembre 2019
Accueil / A la une / Info L’Essor – La Gendarmerie obtient le dégel partiel de la mise en réserve
Véhicules de gendarmerie et de police ( photo G.T l'Essor)

Info L’Essor – La Gendarmerie obtient le dégel partiel de la mise en réserve

INFO L’ESSOR – Bonne nouvelle pour les gendarmes. La députée (LREM) de l’Aisne Aude Bono-Vandorme vient d’annoncer à L’Essor que l’Arme a obtenu un dégel partiel de la mise en réserve de ses crédits pour l’année 2018. Soit 24 millions d’euros de crédits qui pourront être effectivement dépensés par l’Institution. Ils devraient être consacrés à l’achat de nouveaux véhicules. La commande d’un millier de véhicules, sur les 2.800 prévus en 2018, avait en effet été bloquée à la suite de ce gel des crédits.

Lire aussi sur L’Essor : Réserves, essence: la bataille du budget de la Gendarmerie bien entamée

A la mi-octobre, le directeur général de la Gendarmerie avait confié aux députés son optimisme sur la levée partielle de la mise en réserve. Le travail de lobbying de l’ancien ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, qui a visiblement payé. Il avait pris la plume pour alerter son homologue du Budget. “À ce stade, le dossier est entre les mains du ministre compétent, dont je ne doute pas de la bienveillance à l’égard de notre demande”, soulignait il y a trois semaines Richard Lizurey.

En 2018, 40 millions d’euros de crédits de paiement avaient été gelés sur l’enveloppe dédiée à l’investissement. Le projet de loi de finances rectificative pour 2018, déposé ce mercredi 7 novembre à l’Assemblée nationale, ne mentionne désormais plus qu’une annulation de 16 millions d’euros de crédits de paiement. Une somme dont les gendarmes ne verront pas la couleur. Ce qui désespère le capitaine (ER) Jean-François Charrat, de l’association professionnelle nationale de militaires (APNM) Gendarmes & citoyens. “Au bout du compte, nous perdons 16 millions, remarque-t-il. Le compte n’y est pas.”

Gabriel Thierry.

A voir également

Pendant la perquisition des locaux de La France insoumise (Capture d'écran: Quotidien)

Perquisition houleuse de La France insoumise: le préjudice du gendarme reconnu

Le capitaine de Gendarmerie qui avait fait face à Jean-Luc Mélenchon a eu gain de cause. Le tribunal correctionnel a accepté sa demande de partie civile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *