mercredi 30 septembre 2020
Accueil / A la Une / La Gendarmerie aux avant-postes pour sécuriser les écoles
Les ministres de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, et de l'Agriculture, Stéphane Le Foll ont signé le plan de sécurisation des écoles qui doit être mis en oeuvre dès la rentrée 2016. Crédit : ND/Essor.

La Gendarmerie aux avant-postes pour sécuriser les écoles

La ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem et le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve ont détaillé ce mercredi leur plan pour sécuriser les établissements scolaires.
Il comprend d’abord la mobilisation, dès la rentrée, de 3000 réservistes de la Gendarmerie pour surveiller les abords des établissements. Les BAC et les Psig, dont les Psig Sabre, seront également mobilisables conformément au schéma national d’intervention présenté par le ministre de l’Intérieur le 19 avril 2016.

La formation des chefs d’établissements à la gestion de crise lors de stages de cinq jours dans les centres de formation de la Gendarmerie va également être renforcée.
Les écoles de gendarmerie de Rochefort, Tulle et Melun seront mises à contribution pour former 500 chef d’établissements en 2017, soit quatre fois plus que les années précédentes. Ces écoles, qui  s’ajouteront au Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG) de Saint-Astier, ont été choisies “en raison de la disponibilité des enseignants, de leur capacité d’accueil et de la volonté d’aller vite », a souligné le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

De même, la collaboration entre les équipes éducatives et les forces de l’ordre sera renforcée.
Les gendarmes et les policiers sont appelés à offrir leur expertise pour mettre au point des Plans particulier de mise en sûreté  (PPMS) des élèves en cas de menace. 2391 correspondants sécurité de la Gendarmerie et de la Police sont mobilisés à cet effet. Dans ce cadre, trois exercices seront organisés durant l’année scolaire, dont l’un portera sur un attentat-intrusion.
Par ailleurs, ces correspondants sécurité doivent être en mesure d’identifier les travaux prioritaires à réaliser pour renforcer la sécurité des établissements scolaires (sas et visiophones à l’entrée, vidéosurveillance, mobilier urbain anti-voiture bélier, protections pour les vitrages, …). Ces travaux seront financés en partie par le Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD) dont l’enveloppe de 70 millions d’euros doit être abondée de 50 millions d’euros pour « réaliser le plus vite possible les travaux nécessaires » a précisé Najat Vallaud-Belkacem.
Enfin, les 440 correspondants sûreté du ministère de l’Intérieur reconduiront leurs actions au profit des collectivités territoriales, dont les établissements scolaires. Consultation, diagnostic ou encore audit de sûreté, ils apporteront leurs conseils dans l’ensemble des départements. Ainsi, au titre de l’année scolaire 2015-2016, près de 3000 actions d’assistance technique ont été conduites par ces référents au profit de la communauté éducative, soit six fois plus que pour l’année scolaire 2014-2015.

Le gouvernement entend rassurer les parents des 12,2 millions d’élèves qui reprendront le chemin des cours dans une semaine. D’autant qu’en mars 2012, comme l’a rappelé la ministre de l’Education nationale, un établissement scolaire avait déjà été « ciblé » par un terroriste lors de l’attentat au collège-lycée juif Ozar Hatorah à Toulouse.

Ces mesures sont déjà connues des préfets et établissements scolaires puisqu’elles ont fait l’objet d’une circulaire, diffusée le 29 juillet.

Nathalie DELEAU
Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *