dimanche 27 septembre 2020
Accueil / A la Une / Gendarme fauché dans la Somme : incompréhension après la remise en liberté du chauffard
Photo d'illustration (S.D/L'Essor).

Gendarme fauché dans la Somme : incompréhension après la remise en liberté du chauffard

Le chauffard qui a fauché le 2 mars dernier un gendarme à Hombleux (Somme), le blessant très gravement va retrouver la liberté. Cet homme de 28 ans avait refusé de s’arrêter pour échapper à un contrôle.

Revenant d’une soirée, il roulait sans permis, sans assurance, sous l’emprise d’alcool et de drogue. L’avocat du gendarme de la brigade de Ham estime “incompréhensible” cette décision. Le militaire est resté cinq jours dans le coma entre la vie et la mort. Il a également subi de multiples opérations.

Lire aussi sur L’EssorGendarme entre la vie et la mort dans la Somme après un refus d’obtempérer : un homme sans permis, sans assurance et drogué en garde à vue

Il aurait dû être sous bracelet électronique” 

Le juge des libertés et de la détention d’Amiens a accédé à la demande de l’avocat du suspect. Selon Le Courrier Picard, le suspect sera sous contrôle judiciaire pour la suite de l’instruction. Cette remise en liberté a fait réagir l’avocat du gendarme. Me Guillaume Demarcq met en exergue le “sentiment d’incompréhension des gendarmes”.

“Comment voudriez vous qu’ils réagissent autrement : d’un côté l’un des leurs, après être sorti du coma multiplie les opérations chirurgicales, de l’autre un délinquant multirécidiviste est remis en liberté notamment parce que des expertises ne sont pas rentrées au dossier ou que le juge d’instruction ne l’a pas interrogé depuis 4 mois ? Ils assurent tous les jours la sécurité de nos concitoyens, souvent au péril de leur vie. Beaucoup d’entre eux vivent cette décision comme un affront à leur sens du devoir.”

“Ce n’est pas compréhensible“, confie à L’Essor le pénaliste, missionné par la direction générale de la Gendarmerie dans le cadre de la protection fonctionnelle. Un sentiment d’injustice renforcé par un précédent. Selon l’avocat, le suspect avait déjà fait l’objet d’une peine aménageable six mois avant le drame. Il aurait donc dû être, explique-t-il, sous bracelet électronique au moment des faits. “‘Si le système judiciaire avait correctement fonctionné, il n’aurait pas pu prendre le volant” assure l’avocat.

D.C

Crowdfunding campaign banner

7 Commentaires

  1. Cela prouve une fois de plus que la justice n’en est plus une. C’est plus facile de sanctionner les forces de l’ordre, surtout les gendarmes qui font encore partie de la grande muette. Pauvre France

  2. Michot

    Encore une fois, la justice passe à contresens. Que penser si ce n’est s’interroger sur cette institution et les gens qui la composent. En attendant prompt rétablissement au gendarme qui souffre et tous mes vœux à lui et ses proches.

  3. C’est vraiment très regrettable comme décision…

    • Heideiger

      Désolé pour le gendarme à qui je souhaite un prompt rétablissement mais cela fait des décennies que la justice ne joue plus son rôle comme cela â été institué.

  4. Isabelle GIMENEZ

    … révoltant et scandaleux… où est la justice devant ce gendarme qui en a payé le prix fort…
    avec sûrement des séquelles à vie…

  5. arsilly

    La justice !!!! Quelle justice ????

  6. Gradlon

    Sans doute la décision d’un juge appartenant au syndicat qui s’est illustré avec son « mur des cons »
    Meilleur rétablissement au camarade blessé de la part d’un lieutenant-colonel retraité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *