lundi 14 octobre 2019
Accueil / A la une / Fusillade de Strasbourg : Chérif C., un braqueur bien connu des gendarmes (actualisé)
Le marché de noël de Strasbourg. Photo d'illustration (François Schnell / Flickr).
Le marché de noël de Strasbourg. Photo d'illustration (François Schnell / Flickr).

Fusillade de Strasbourg : Chérif C., un braqueur bien connu des gendarmes (actualisé)

(Actualisé à 12h54 après les déclarations de Rémy Heitz, le procureur de Paris)

On commence à en savoir un peu plus sur la fusillade de Strasbourg, ce mardi 11 décembre. Chérif C., un homme âgé de 29 ans, est soupçonné d’être le tireur ayant fait irruption vers 20 heures sur le marché de Noël avec une arme de poing et un couteau. Le bilan est lourd ce mercredi 12 décembre, avec deux morts, une troisième personne en état de mort cérébrale et douze blessés, dont six en urgence absolue, selon le procureur de Paris, Rémy Heitz, lors d’une conférence de presse ce midi à Strasbourg.

Gendarmes et agents de la DGSI

Les gendarmes avaient pourtant failli mettre la main sur cet individu le matin même. Accompagnés de policiers de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), ils ont en effet perquisitionné son domicile. La présence de la DGSI montre l’intérêt des services de renseignement pour ce trentenaire, fiché S comme “Sûreté de l’Etat”. Ils ont retrouvé chez lui une grenade défensive, un pistolet 22 long rifle, quatre couteaux, dont deux de chasse, et des munitions.

Les gendarmes s’intéressaient à Chérif C. dans une affaire, récente, de tentative d’assassinat impliquant ce braqueur bien connu des services de police. Les enquêteurs s’interrogent désormais sur le but des vols à main armée. Etaient-ils crapuleux ou destinés à financer un futur acte terroriste ? Ce strasbourgeois a été condamné à 27 reprises, essentiellement en France mais aussi en Allemagne et en Suisse, pour des affaires de droit commun (vol, violences). Il a également séjourné à deux reprises derrière les barreaux. En 2015, il attire alors l’attention de l’administration pénitentiaire. Elle s’inquiétait de la radicalisation de ce détenu qui se distinguait par son prosélytisme.

Chérif C. est désormais traqué depuis hier soir par 350 policiers et gendarmes, appuyés par les équipes du Raid, de la BRI et des militaires de Sentinelle. La section anti-terroriste du parquet de Paris s’est saisie de cette affaire. Une information judiciaire a été ouverte pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste, tentative d’assassinat et association de malfaiteur. Les investigations ont été confiées à la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), à la sous-direction de l’anti-terrorisme de la DCPJ et à la DGSI. Environ 200 gendarmes sont mobilisés aujourd’hui dans les opérations de recherche. Toute la zone de Gendarmerie de la région Grand Est est “quadrillée” par des patrouilles et des points de contrôles. Les militaires sont en contact permanent avec la police allemande pour bloquer une éventuelle fuite outre-Rhin.

Pierre-Marie Giraud et Gabriel Thierry

A voir également

Le port autonome de Papeete sur l'île de Tahiti (Ph: Rbouissou/CC BY-SA 3.0)

Panne de courant à Tahiti: les gendarmes sur le pont

Une panne de courant a touché Tahiti, la principale île de la Polynésie française. Gendarmes et policiers ont dû gérer la circulation, faute de feux tricolores