vendredi 27 novembre 2020
Accueil / A la Une / Le fort de Rosny-sous-Bois, la nouvelle chambre forte de l’Anssi
L'entrée du fort historique de Rosny-sous-Bois (crédit photo: GT/ L'Essor).

Le fort de Rosny-sous-Bois, la nouvelle chambre forte de l’Anssi

Les informaticiens investissent en masse le fort de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Ce site emblématique de la Gendarmerie va abriter prochainement un nouveau locataire de poids: la prestigieuse agence pilote en France de la sécurité des systèmes d’information, l’Anssi. Elle va y construire un centre de données – un datacenter – , un équipement mêlant ordinateurs, serveurs, et dispositifs de télécommunication crucial pour mener des opérations informatiques complexes nécessitant de fortes capacités de calcul. L’information a été dévoilée par Louis Gautier, le secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, devant la commission des affaires étrangères et de la défense du Sénat, ce mercredi 11 octobre.

Le nouveau centre de données doit permettre à l’Anssi, d’ici l’année prochaine, de rassembler en un même lieu des capacités informatiques aujourd’hui dispersées entre plusieurs sites. Par exemple, l’agence possède des installations près des Invalides dans des locaux « pas adaptés », explique le SGDSN, sa tutelle administrative. La nouvelle installation informatique permettra à cette agence stratégique pour l’Etat de disposer de capacités de calcul et de stockage « très élevées, à l’état de l’art ».

Lire aussi: Derrière Neogend, la patte de l’Anssi

Un projet dans lequel les gendarmes sont partie prenante. L’Anssi a en effet été séduite par les garanties de sécurité offertes par le fort de Rosny-sous-Bois. En contrepartie, le ministère de l’Intérieur, via sa direction des systèmes d’information et de communication, et donc indirectement la Gendarmerie, devrait récupérer une partie, environ un quart, du temps de calcul du futur centre de données. Une bonne affaire au vu du coût du matériel informatique, environ 25 millions d’euros, entièrement à la charge de l’Anssi et du SGDSN. La construction du centre de données conforte enfin le positionnement hight-tech du fort. Si les experts de l’IRCGN ont déserté ce lieu à leur départ en 2015 à Pontoise (Val d’Oise), il abrite toujours le service du traitement de l’information de la Gendarmerie, justement en charge du centre de données de l’Institution,  et  le Centre national de formation aux systèmes d’information et de communication de la gendarmerie (CNFSICG), rattaché au commandement des écoles de la Gendarmerie. (CEGN)

Gabriel THIERRY.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.