jeudi 29 octobre 2020
Accueil / A la Une / Fin de partie pour le site d’un artiste qui voulait identifier des gendarmes et des policiers
L’installation Capture de l’artiste italien Paolo Cirio extrait les visage de gendarmes et policiers de photos prises durant des manifestations (Ph: Paolo Cirio)
L’installation Capture de l’artiste italien Paolo Cirio extrait les visage de gendarmes et policiers de photos prises durant des manifestations (Ph: Paolo Cirio)

Fin de partie pour le site d’un artiste qui voulait identifier des gendarmes et des policiers

Il n’aura pas résisté longtemps à la menace de poursuites du ministre de l’Intérieur. L’artiste italien Paolo Cirio a mis hors ligne ce vendredi 2 octobre sa plateforme rassemblant des photographies de 4.000 gendarmes et policiers prises entre 2014 et 2020 durant des opérations de maintien de l’ordre.  

L’artiste demandait l’aide des internautes

Sur son site, l’artiste assurait avoir traité 1.000 photos de manifestations “avec un logiciel de reconnaissance faciale”. Cela lui a permis d’en extraire les visages des gendarmes et policiers. La suite était plus artisanale et collaborative. Il demandait en effet aux internautes de rentrer le nom des membres de forces de l’ordre qu’ils reconnaissaient.

Lire aussi: Reconnaissance faciale: l’indispensable opération séduction pour la sécurité intérieure

“L’identification des agents sera rendue publique une fois qu’elle aura été vérifiée”, avertissait l’artiste sur son site. Il accompagnait ses photos d’une vidéo dans laquelle il affichait certains de ses clichés dans les rues de Paris. L’ensemble composait une oeuvre baptisée Capture. Son propos était de dénoncer les abus liés à la reconnaissance faciale et à l’intelligence artificielle.

Publication pénalement répréhensible

Problème, comme l’explique sur Twitter l’officier de Gendarmerie Matthieu Audibert, ces agissements sont répréhensibles. Ils relèvent en effet des articles 226-16 et suivants du code pénal. A ce titre Paolo Cirio encourt des peines de prison et d’amende. “Ce qui est sanctionné ce n’est pas le fait d’avoir les photos, c’est de prendre l’ensemble des photos et d’en constituer un traitement de données à caractère personnel”, précise Matthieu Audibert.

Gérald Darmanin a publié une mise en garde jeudi en fin d’après-midi sur son compte Twitter. Le ministre de l’Intérieur dénonçait une “insupportable mise au pilori”. Il demandait donc “le retrait des photos (du) site, sous peine de saisir les juridictions compétentes”. C’est désormais chose faite. Le site de Paolo Cirio renvoie désormais sur une pétition demandant l’interdiction de la reconnaissance faciale en Europe.

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. Faure

    Allez donc faire votre passion en Chine, ils en ont beaucoup plus besoin que les Français.

  2. valente françoise

    cet pseudo artiste doit être interdit de séjour en France !
    qu’il retourne en Italie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.