vendredi 29 mai 2020
Accueil / A la une / Face au Covid-19, les gendarmes plus que jamais sur le terrain
Un hélicoptère de la section aérienne de la Gendarmerie de Vélizy-Villacoublay survole la zone en appui des gendarmes qui assurent des contrôles du respect du confinement lié à la pandémie de coronavirus Covid-19. (Photo L.Picard / L'Essor)
Un hélicoptère de la section aérienne de la Gendarmerie de Vélizy-Villacoublay survole la zone en appui des gendarmes qui assurent des contrôles du respect du confinement lié à la pandémie de coronavirus Covid-19. (Photo L.Picard / L'Essor)

Face au Covid-19, les gendarmes plus que jamais sur le terrain

La lutte contre le Covid-19, c’est à pied, en VTT, en voiture, en quad, en moto, en bateau, en hélico, avec des drones munis de haut-parleurs, et sur des points fixes et mobiles. La Gendarmerie poursuit ses contrôles du respect du confinement et des déplacements autorisés.

Le montant des amendes grimpe

A l'Assemblée nationale, ce mercredi 30 janvier (Capture d'écran: Assemblée nationale).
A l’Assemblée nationale (Capture d’écran: Assemblée nationale).

Dès aujourd’hui, les contrevenants verront le montant des amendes pour non respect de ces règles augmenter sensiblement. La “loi du 23 mars 2020 pour faire face à l’épidémie de Covid-19” vient en effet d’être publiée au Journal officiel. Car l’épidémie a déjà contaminé 19.856 personnes et tué 860 hommes et femmes.

Cette loi prévoit un durcissement des amendes en cas de récidive dans les 15 jours. Les amendes de 4e classe (135 euros) seront alors portées au niveau des amendes de 5e classe. Soit 1.500 euros. Au cas où il y aurait plus de trois récidives dans le mois, le contrevenant pourra se voir infliger six mois d’emprisonnement, 3.750 euros d’amende et une peine complémentaire de travail d’intérêt général. Par ailleurs, les policiers municipaux seront autorisés à infliger des amendes de 4e classe. Ce qu’ils ne pouvaient faire jusqu’à présent.

4.000 élèves gendarmes déployés face au Covid-19

Baptême de la 497ème promotion d'élèves-gendarmes de l'école de Chaumont (Crédit photo: Jean-François Cortot/ L'Essor).
Baptême de la 497ème promotion d’élèves-gendarmes de l’école de Chaumont (Crédit photo: Jean-François Cortot/ L’Essor).

Sur le terrain, les gendarmes d’active et les réservistes voient arriver en renfort quelque 4.000 élèves gendarmes. Ils étaient jusque là présents dans les écoles de sous-officiers et d’officiers, fermées depuis la semaine dernière. Les jeunes futurs gendarmes se voient donc affectés provisoirement dans les brigades et les compagnies.

Lire aussi: Comment la Gendarmerie fait face à la crise du coronavirus [En direct]

Et il y a du travail pour empêcher la propagation du Covid-19 ! En plus des missions urgentes du quotidien, les gendarmes poursuivent donc les contrôles des déplacements. A l’entrée des péages et des carrefours, sur les routes, le long du littoral et dans les forêts. Dans le département de l’Yonne, traversé par l’autoroute A6, le colonel Rénald Boismoreau, commandant du groupement, dit à L’Essor avoir constaté une baisse de 80 à 90 % de la circulation. “Sur l’A6, il n’y a pratiquement plus que des poids lourds”, chargés de produits alimentaires.

Lire aussi: Confinement: au cœur des contrôles avec les gendarmes de l’Essonne (reportage)

Cette baisse de trafic, très visible depuis le mercredi 18 mars, a suivi une journée qui a connu un pic dans le sens Paris-province“, relève l’officier. Chaque jour, précise-t-il, 150 gendarmes (le groupement en compte 590) sont exclusivement déployés sur 120 à 200 points de contrôles fixes et mobiles. Non seulement sur le réseau routier mais sur les marchés encore ouverts. L’objectif? Faire respecter le fameux mètre de distanciation.

Amélioration du respect des règles

Entre le 17 et le 23 mars, 12.000 contrôles ont été réalisés et 325 infractions relevées dans l’Yonne, “Mais, remarque le colonel Boismoreau, le respect des règles s’améliore notablement”. Un avis partagé à 500 km de là par le maire de la Couarde-sur-mer (Charente-Maritime) sur l’Île de Ré. Il y a plus d’une semaine, Patrick Rayton avait vu arriver en rangs serrés Parisiens, Lyonnais, Lillois et autres Bordelais. Venus se “confiner” dans leur résidence secondaire, loin des grandes villes. Sauf que quelques heures plus tard, ils se précipitaient en famille sur les plages et sur les pistes cyclables. Au point que le maire de ce village de 1.200 habitants avait du prendre un arrêté municipal pour interdire l’accès des plages.

Cela va beaucoup mieux aujourd’hui”, dit Patrick Rayton à L’Essor. Il peste pourtant contre “cette frange de gens qui ne veulent pas respecter le confinement et la distanciation”. Ce week-end, il a ainsi constaté que des “fêtes” étaient organisées derrière les volets verts des maisons. Les gendarmes lui ont confié que, dans le bois le long de la plage, les promeneurs “jouaient à cache-cache avec l’hélicoptère”. Face au Covid-19, l’heure pourtant n’est vraiment plus à l’amusement.

PMG

6 Commentaires

  1. Fred

    Et la “garde nationale”, à quoi sert-elle si elle n’aide pas les gendarmes et les forces de l’ordre en général ?
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/11/20/la-garde-nationale-signe-une-charte-avec-les-territoires-uni-20661.html

  2. Lahery

    Toujours aucun budget clair d ANNONCÉ
    pour les CRD.. Bilan pour fin mars, on les retire du terrain, on attend des jours meilleurs et de toute façon, les actives, renforcés par les Écoles s en sortent. On verra dans quelques temps, c est de la gestion

  3. Poujade ADC

    Les gendarmes sans équipement bactériologique courent des risques grave pour eux et familles. Pourquoi on tolère les yogueurs. C’est quoi le confinement. Ordre et le désordres des gouvernants

  4. francois

    Et le Service National Universel (SNU), combien de divisions ?
    https://lavoiedelepee.blogspot.com/2019/06/comment-reduire-la-cohesion-nationale.html

  5. Fabrice

    Des consignes ont été passées à haut niveau pour ne pas déclencher des émeutes.
    https://www.marianne.net/societe/dans-les-cites-le-confinement-va-inevitablement-faire-monter-la-violence

  6. Gabriel

    Pas la peine de faire du zèle pour les “zones sensibles”:
    https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/faire-respecter-le-confinement-dans-les-banlieues-pas-une-priorite-pour-le-gouvernement-117458

    Deux poids deux mesures pour un pays, la France, où les gens vont vivre face à face plutôt que côte à côte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *