dimanche 20 septembre 2020
Accueil / A la Une / Exposition: Ciné et télé, les gendarmes dans tous leurs états
Le Musée de la Gendarmerie Nationale (Photo : Domenjod-Creative Commons).
Le Musée de la Gendarmerie Nationale (Photo : Domenjod-Creative Commons).

Exposition: Ciné et télé, les gendarmes dans tous leurs états

Du simple figurant au héros en tête d’affiche, l’image du gendarme au cinéma et à la télévision a considérablement évolué. Entre fiction et réalité, une exposition au musée de la Gendarmerie de Melun raconte les gendarmes à l’écran. Sans oublier les ombres et les lumières de l’Arme.

Affiche de l'exposition Les gendarmes crèvent l'écran au cinéma et la télévision.
Affiche de l’exposition “Les gendarmes crèvent l’écran” au cinéma et la télévision. (Musée de la Gendarmerie)

Ils ont fini par percer le plafond de verre! Cantonnés, dans les années 50, à des silhouettes d’arrière-plan ou à des rôles caricaturaux, les gendarmes des années 2000 ont pris du galon pour devenir des personnages à part entière.

Intitulée Les gendarmes crèvent l’écran, de Cruchot à Marleau, l’exposition se tient jusqu’au 28 février 2021. Son commissaire général, Bernard Papin, note que “le corpus audiovisuel des gendarmes est énorme”. Ainsi, dans les dizaines de films et de séries télé sur les gendarmes, la liste des acteurs et actrices en uniforme compte quelque 130 noms. De Bourvil (Le Roi Pandore) à de Funès (Le Gendarme de Saint-Tropez) ou Corinne Touzet (Une femme d’honneur), Audrey Fleurot (Peur sur la base), ou encore Corinne Masiero, la très excentrique Capitaine Marleau.

Lire aussi:Des naturistes sur les traces de Louis de Funès

Les femmes, justement, ont accompagné la féminisation en Gendarmerie. Et ce, dans des rôles bien éloignés de ceux du film Le Gendarme et les Gendarmettes, dernier opus de la série du Gendarme de Saint-Tropez. La fiction a aussi révélé les parts d’ombre de la Gendarmerie durant l’Occupation, pour sa participation aux rafles antisémites. Comme le montre l’exposition, le cinéma a mis en lumière les faits d’armes du GIGN. La prise d’otages à Loyada (Djibouti) en 1976, avec le film L’Intervention (2009). Ou encore celle de l’airbus Paris-Alger d’Air France en 1994, avec le film L’Assaut (2011).

PMG

[IDÉE SORTIE] 🎥📝Profitez du week-end pour venir visiter notre exposition temporaire "Les gendarmes crèvent l'écran" !…

Publiée par Musée de la gendarmerie nationale sur Vendredi 14 août 2020

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *