vendredi 5 juin 2020
Accueil / A la une / Eric Freyssinet prend la tête du nouveau pôle national de lutte contre les cybermenaces
Éric Freyssinet, alors chef de la division de lutte contre la cybercriminalité de la Gendarmerie, lors du FIC 2013, à Lille, à droite de Pierre-Luc Réfalo (Photo M.GUYOT/ESSOR).
Éric Freyssinet, alors chef de la division de lutte contre la cybercriminalité de la Gendarmerie, lors du FIC 2013, à Lille, à droite de Pierre-Luc Réfalo (Photo M.GUYOT/ESSOR).

Eric Freyssinet prend la tête du nouveau pôle national de lutte contre les cybermenaces

A la tête de la mission numérique depuis mai 2017, le colonel Eric Freyssinet change de poste. Il vient d’être nommé chef du pôle national de lutte contre les cybermenaces, une nouvelle structure.

A ce nouveau poste, l’officier supérieur va plancher sur l’organisation de la Gendarmerie contre les cybermenaces. Plus précisément, il sera en ″charge du développement et de la réalisation de la stratégie″ de l’Arme sur ce thème. Une mission détaillée sur son compte professionnel Linkedin. Elle sera réalisée à travers ″nos activités de lutte contre la cybercriminalité, mais aussi dans les champs de la prévention, de l’anticipation et de la gestion des crises″.

Lire aussi sur L’Essor : Eric Freyssinet prend la tête de la « mission numérique » de la Gendarmerie

Eric Freyssinet, ancien patron du C3N

Dans ce domaine, l’Arme s’appuie sur les spécialistes du Centre de lutte contre les criminalités numériques. Une unité bien connue d’Eric Freyssinet, qui l’avait commandée de 2010 à 2015. La Gendarmerie compte aussi sur son réseau Cybergend. D’un effectif de 4.000 personnels, ce dernier doit encore monter en puissance dans les trois ans à venir. Le réseau doit atteindre un effectif de 7.000 spécialistes en 2022.

Polytechnicien, Eric Freyssinet maîtrise les sujets tech. Au cours de sa carrière, il avait suivi les projets de lutte contre la cybercriminalité de la Gendarmerie. Auparavant, l’officier supérieur avait dirigé pendant sept ans le prestigieux département informatique-électronique de l’Institut de recherches criminelles de la Gendarmerie nationale.

Un signe ne trompait pas sur le futur changement de poste de l’officier supérieur. Dans un article récent sur son blog, il avait dressé le bilan de ses deux années d’activité à la direction de la mission numérique de la Gendarmerie. L’officier supérieur avait ainsi suivi la création de la brigade numérique à Rennes, le développement d’un chatbot pour la gestion des ressources humaines ou encore la mise en place d’une stratégie de transformation numérique.

Gabriel Thierry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *