L'Essor

Entraînement au tir des policiers et gendarmes : la Cour des comptes s’inquiète

Photo d'illustration (M.GL'Essor).

La Cour des comptes (Crédit photo: TouN

La mise en garde de la Cour des comptes tient en quelques pages, glissées au travers d’un rapport de 164 pages sur l’équipement de la Gendarmerie et dans la Police, publié ce mercredi 19 septembre. Les magistrats de la rue Cambon s’inquiètent de la dégradation de l’entraînement au tir des gendarmes et des policiers.

Lire aussi sur L’Essor : “La formation au tir est la honte de notre pays”

Dans la Police, avertissent les magistrats de la rue Cambon, “la situation est critique”. 51% des policiers n’ont pas bénéficié en 2017 des trois séances réglementaires (contre 36% en 2015 et 41% en 2016), indique-t-elle, à propos des règles relatives à l’arme individuelle de poing. Côté gendarmes, si 97% d’entre eux étaient à jour pour leur formation à l’arme de poing en 2017, 20% des agents susceptibles de manier un HK G36 n’avaient eux pas reçu les formations requises dans les délais réglementaires.

Les conséquences sont très inquiétantes. Deux rapports de l’Inspection générale de la police nationale, mentionnés par la Cour des comptes, font ainsi état en 2017 d’une augmentation des tirs accidentels. Dans la Police, 95% des tirs d’armes longues ont été accidentels en 2017. Et les tirs accidentels d’armes de poing sont passés de 10 au premier semestre 2016 à 23 au premier semestre 2017.

Un post du directeur général

Le général d’armée Richard Lizurey, directeur général de la Gendarmerie nationale (Photo d’illustration S.D/L’Essor).

Si la Cour des comptes ne fournit pas de chiffres à propos de la Gendarmerie, elle rapporte que le directeur général lui-même, dans un post de blog de mars 2017, avait appelé les gendarmes à être “responsables et vigilants pour la sécurité de tous” après “une recrudescence d’accidents liés à des tirs intempestifs, notamment au sein d’unités d’interventions”. Un article publié quelques jours après le tir accidentel d’un gendarme lors d’un discours de l’ancien président François Hollande.

Lire aussi sur L’Essor : Un gendarme tire accidentellement et fait deux blessés légers lors d’un discours de Hollande

Des réservistes de la gendarmerie des Alpes Maritimes à l’entraînement au tir en août 2016. (Photo D.C L’Essor)

Ce constat de la Cour des comptes est d’autant plus inquiétant que la Gendarmerie et la Police se sont armées à vitesse grand V ces dernières années. La menace terroriste a obligé les forces de l’ordre à s’équiper en fusils d’assaut HK G36. Il y en avait seulement 506 en 2012, et cinq ans plus tard, les deux forces en comptent 4.311 (dont 804 dans l’Arme).

Cette montée en puissance dans l’armement a été, juge la Cour des comptes, mal anticipée en matière, là encore, d’accès à la formation. Un problème tout d’abord dû au manque de stands de tir. Avec des effectifs en hausse et de nouvelles armes plus puissantes, il y a embouteillage dans ces installations au nombre insuffisant, mal réparties sur le territoires, veillottes et pas adaptées aux nouveaux fusils d’assaut HK G36. Ces derniers nécessitent en effet des pièges à balles spécifiques qui ne sont pas disponibles dans “la grande majorité” des stands de tir.

Gabriel Thierry.