mercredi 12 mai 2021
Accueil / A la Une / Enlevée mardi, Mia, 8 ans, retrouvée dimanche en Suisse
Dispositif Alerte enlèvement (Document Ministère de la Justice).
Dispositif Alerte enlèvement (Document Ministère de la Justice).

Enlevée mardi, Mia, 8 ans, retrouvée dimanche en Suisse

La mobilisation des gendarmes français et de la police helvétique a permis de retrouver dimanche en Suisse, Mia, 8 ans, enlevée mardi en France. Les gendarmes ont arrêté cinq hommes en France, organisateurs présumés du rapt mené comme une “opération militaire”.

Lire aussi: Enlèvement de Tizio : le père mis en examen et placé sous contrôle judiciaire (actualisée)

La fillette a été retrouvée dans le canton de Vaud à 200 km de Poulière (Vosges), lieu de l’enlèvement. Mia se trouvait avec sa mère dans un squat. Cinq hommes, interpellés deux jours après le kidnapping, devaient être présentés dimanche en fin d’après-midi au juge d’instruction. Sous le motif “d’enlèvement en bande organisée de mineur de moins de quinze ans“. Mia devrait rejoindre le domicile de sa grand mère très prochainement. Un mandat d’arrêt européen vise sa mère, instigatrice de l’enlèvement.

“Opération Lima”

Dimanche en début d’après-midi, le procureur de la République de Nancy François Perain a détaillé cette affaire. Il a qualifié l’enlèvement “d’action extrêmement bien préparée comme une opération militaire” . Ses auteurs lui avaient même donné un nom de code: “Opération Lima“. Un groupe d’au moins cinq hommes “plutôt bien insérés dans la société” et réunis “dans un communauté d’idées” anti-systèmes. Rejet de l’Etat, refus de la “dictature sanitaire” et dénonciation des enlèvement “injustes” d’enfants par les autorités.

Très bien organisés, ils avaient prévu un budget de 3.000 euros pour ce kidnapping à la demande de la mère de Mia, Lola Montemaggi, 28 ans. Achats de talkies-walkies et de téléphones portables, postiche, voitures maquillées, tentes de camping. Des membres du commando ont en effet passé les deux nuits précédentes dans les Vosges en camping sauvage. Le jour de l’enlèvement de Mia chez sa grand mère, qui assurait la tutelle de la fillette, ils ont fait croire qu’ils appartenaient à la protection judiciaire de la jeunesse. Fausses attestations à l’appui.

“Alerte Enlèvement”

Le plan “Alerte Enlèvement” avait été déclenché pendant quelques heures avant que les gendarmes ne découvrent la supercherie. Repartis ensuite avec Mia dans deux véhicules, le commando avait retrouvé sa mère pour leur faire franchir à pied la frontière suisse. Elles ont finalement été retrouvées dimanche matin dans un squat à Sainte-Croix (canton de Vaud) par la police suisse.

Le procureur de Nancy a relevé “l’investissement hors norme” de la police helvétique et à la “coopération” du parquet de Fribourg. Le commandant de la SR de Nancy, le colonel Christophe Le Gallo a salué “le travail de fourmi” de la police suisse et la “parfaite coopération judiciaire” franco-helvétique.

Le commandant du groupement des Vosges, le colonel Brice Mangou a annoncé l’organisation de la protection de la tranquillité de la grand-mère de Mia “pour leur permettre un retour à la vie normale”.

PMG

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.