mardi 20 octobre 2020
Accueil / A la Une / En soutenant un nouveau programme doctoral, les gendarmes poursuivent leur opération séduction à destination des scientifiques
Le pôle judiciaire de la Gendarmerie nationale. Photo d'illustration (Crédit photo: Gendarmerie nationale).

En soutenant un nouveau programme doctoral, les gendarmes poursuivent leur opération séduction à destination des scientifiques

Un nouveau programme de recherche dédié à la défense et à la sécurité intérieure ouvre ses portes. Il va peut-être permettre aux gendarmes de séduire encore davantage de profils scientifiques

Ce lundi 28 septembre, une nouvelle formation soutenue par des gendarmes ouvre ses portes à l’université d’Aix-Marseille. Ce programme doctoral s’appelle “Défense et sécurité intérieure”. Il a pour vocation, explique cette université, “à donner aux doctorants une formation complémentaire à leur projet de thèse”.

“Les questions de défense et de sécurité intérieure ont pris une part importante, souligne à L’Essor le professeur Ludovic Escoubas, responsable de ce programme. Nous avons besoin d’experts qui se saisissent de ces questions”. Le programme doctoral doit leur ouvrir “les portes de carrières au plus haut niveau”.

Soutenu par les gendarmes scientifiques

Pour les gendarmes, ce programme doctoral devrait être l’occasion de séduire encore plus les talents scientifiques. Il fait en effet la part belle aux enseignements universitaires, qu’il s’agisse de sciences dures ou d’humanités. Les étudiants devront en effet choisir un module de formation. A piocher au choix, dans la cybersécurité, la bio-robotique, la sociologie, les sciences politiques ou l’histoire.

David Galtier, alors inspecteur général des armées Gendarmerie, en 2017 (Crédit photo: GT/ L'Essor).
David Galtier, alors inspecteur général des armées Gendarmerie, en 2017 (Crédit photo: GT/ L’Essor).

Les gendarmes soutiennent particulièrement la nouvelle formation. Ce n’est pas une surprise: un ancien haut gradé de l’Arme, le général d’armée (2S) David Galtier, a ouvert son carnet d’adresses aux universitaires. Résultat, les étudiants vont bénéficier d’intervenants de pointe venus de Cergy-Pontoise, le fief des experts de l’Arme. Quatorze des 38 professionnels qui viendront témoigner de leur parcours sont actuellement affectés à l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie, l’IRCGN.

Parmi eux, des stars de l’Arme. On remarque notamment la présence du lieutenant-colonel Emmanuel Pham Hoai. Ce spécialiste de la biologie moléculaire a eu un rôle clé dans la résolution de l’affaire Kulik. Ou encore le lieutenant-colonel Cyril Debard, le chef du très pointu département Informatique électronique (INL). Une manière peut-être, pour ces experts, de repérer parmi leurs étudiants – ils sont onze pour l’instant inscrits, dont un colonel de Gendarmerie – des talents susceptibles d’intéresser la Gendarmerie? 

Lire aussi: ADN, reconnaissance de la voix: la géométrie variable des preuves de l’affaire Kulik

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.