dimanche 21 juillet 2019
Accueil / A la une / En sous-effectif, les gendarmes sont usés et fatigués, dénonce l’UNPRG
Gendarmes lors d’une cérémonie à la préfecture de Police de Paris en janvier 2016. Photo d'illustration (M.GL'Essor).

En sous-effectif, les gendarmes sont usés et fatigués, dénonce l’UNPRG

L’Union nationale des personnels et retraités de la Gendarmerie (UNPRG) a lancé son propre grand débat national. Afin de répondre aux députés de la commission d’enquête sur les moyens des forces de sécurité, la principale association de gendarmes a consulté ses 104 présidents départementaux. Et le constat, révélé hier aux parlementaires, est sévère. Il est d’abord lié au contexte, avec “une extrême violence en hausse constante depuis les manifestations des Gilets jaunes”, à l’encontre de gendarmes désormais “usés et fatigués”. 

Lire aussi sur L’Essor: La commission d’enquête sur les moyens des forces de sécurité programme ses premières auditions

Les familles des mobiles en première ligne

Premiers touchés, les gendarmes mobiles. Le premier président national adjoint Jean-Pierre Virolet cite l’exemple d’un escadron qui, “depuis le 18 novembre, n’a eu que trois week-ends de repos, dont Noël”. Avec des réunions de familles reportées et des vacances reportées, “les familles sont touchées de plein fouet”. Ils souffrent d’autant plus que quinze escadrons ont été supprimés sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, rappelle l’UNPRG.

Sous-effectif des brigades

Du côté de la gendarmerie départementale, le constat n’est guère plus brillant. Les brigades sont en “sous-effectif permanent“. Deux raisons à cela pour l’UNPRG : les “personnels mutés non remplacés” et “la création de cellules particulières, brigades de contact (…) sans augmentation d’effectif”.

Au plan général, l’UNPRG estime que l’attractivité de la Gendarmerie est en “forte baisse”, ce qui a deux conséquences néfastes. D’une part, “un faible niveau de recrutement” et des jeunes recrues qui ne sont “pas aptes à répondre à la charge missionnelle toujours plus forte”. Par ailleurs l’Institution peine à fidéliser des personnels dont “75 % d’entre eux la quittent avant la limite d’âge”

Pour une loi de programmation

Pour Gérard Sullet, secrétaire général de l’association, il est urgent d'”augmenter les effectifs (…) le plus rapidement possible”, en gendarmerie départementale “mais encore plus en gendarmerie mobile”. L’association demande une nouvelle loi d’orientation et de la programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi) dans laquelle seraient inscrits ces recrutements mais aussi “une amélioration des conditions de vie et de travail (…) surtout à l’égard des familles”.

Matthieu Guyot

A voir également

La futur caserne de gendarmerie d'Ennery doit être livrée au premier semestre 2020 (Photo : Pixabey).

Pose de la première pierre de la future gendarmerie d’Ennery

Le chantier a débuté début avril, mais la première pierre de la future gendarmerie d'Ennery (95) a été posée symboliquement ce 13 juillet. De nombreuses personnalités civiles et militaires avaient fait le déplacement sur ce vaste terrain sis dans la Zac des Begnennes, acheté en 2017 par la ville à la communauté de communes Rives de Moselle.

4 Commentaires

  1. Boyer

    Bonsoir
    Je vous respecte et vous comprends. Je vous remercie de votre travail pour maintenir l’ordre contre vents et marées !
    Merci encore et bon courage à tous !
    Reposez-vous si vous le pouvez auprès de vos familles !
    Merci

  2. Depuis le temps que l’on ressert la ceinture il fallait bien que cela arrive un jour. On a tellement réduit les effectifs aussi bien en mobile que pour la départementale. on a même supprimé notre pauvre brigade l’an passé pourtant avec un population du canton de plus de 4500 habitants. Résultat plus de gendarmes, la brigade la plus proche est à 20 km et la compagnie à 30 km. Nostalgie d’un ancien de la blanche

    • Lesaigneur

      Si ce sont les retraités de la gendarmerie qui parlent pour les actifs, c est forcément vrai……

  3. remanjon

    A ce Gérard SULLET, toujours aussi piquant et revendicatif mais réaliste !!
    Heureux de l’avoir eu comme bon adjoint.
    Merci à l’UNPRG de jeter du poil à gratter sur la DG et son directeur (et ses prédécesseurs) qui se sont trop souvent préoccupés de leur carrière en courbant le dos aux politiques ( qui les ont habilement nommés) et en faisant payer à ceux qui avait l’outrecuidance de l’ouvrir trop à leur goût…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *