jeudi 4 mars 2021
Accueil / A la Une / En Sarthe, la Gendarmerie s’équipe de sifflets anti-gibier pour éviter les collisions
obtenez le dossier "Réussir le concours de sous-officier"
Des sifflets anti-gibier vont équiper les véhicules de la Gendarmerie de la Sarthe (Photo d'illustration: Unsplash).
Des sifflets anti-gibier vont équiper les véhicules de la Gendarmerie de la Sarthe (Photo d'illustration: Unsplash).

En Sarthe, la Gendarmerie s’équipe de sifflets anti-gibier pour éviter les collisions

Des sifflets à ultrasons anti-gibier vont bientôt équiper les 250 véhicules de la Gendarmerie de la Sarthe – voitures, fourgons et motocyclettes. L’annonce a été faite ce jeudi 4 février sur la page Facebook du groupement.

L’objectif est de réduire le nombre de chocs sur la route avec les animaux sauvages. Il s’agit principalement de chevreuils et de sangliers dont les populations explosent dans ce département, le plus boisé des Pays-de-la-Loire.

Six chocs au total l’année dernière pour les gendarmes de la Sarthe

En fin d’année dernière, les gendarmes sarthois ont ainsi été victimes de trois accidents rapprochés pour un total de six collisions de ce type sur l’année 2020. Heureusement, sans faire de blessés. Il n’en demeure pas moins que le problème est pris au sérieux. D’autant plus que les confinements ont laissé le champ libre au gibier qui a pris de nouvelles habitudes de déplacement.

Or, les véhicules de gendarmerie “parcourent 25.000 kilomètres par an, essentiellement sur le réseau secondaire”, explique le lieutenant-colonel Michel Ignatovitch, commandant en second du groupement sarthois, à Sweet FM. Ceux qui effectuent les plus grandes distances à l’année, seront donc les premiers équipés.  

Plusieurs groupements l’ont déjà adopté

Fixés sur la carrosserie des véhicules, les sifflets se déclenchent à partir d’une vitesse de 50 km/h. Ils génèrent alors avec le vent un sifflement à ultrason inaudible à l’oreille humaine. Mais qui fait fuir le gibier alentour. Un tel système permettra de protéger aussi bien les animaux que les militaires. Tout en réduisant les dépenses occasionnées par les accidents.

Lire aussi: Covid-19: les gendarmes adjoints pourront servir une année de plus

Si aucune étude scientifique n’en a encore démontré l’efficacité, les gendarmeries de la Manche, de l’Eure et de la Seine-Maritime l’ont déjà adopté. Et le retour d’expérience est concluant, précise la radio locale. Le nombre d’accidents impliquant des animaux sauvages a en effet drastiquement diminué. Ce qui a convaincu les gendarmes sarthois de l’adopter à leur tour avec le soutien du comité sarthois des “Amis de la gendarmerie” qui finance intégralement l’installation du dispositif.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.