mercredi 29 janvier 2020
Accueil / A la une / Drones: trois innovations qui vont intéresser les gendarmes
Le prototype de drone fiabilisé sur lequel planche la PME Hionos (Crédit photo: Hionos).
Le prototype de drone fiabilisé sur lequel planche la PME Hionos (Crédit photo: Hionos).

Drones: trois innovations qui vont intéresser les gendarmes

Que ce soit en les utilisant ou en contrant cette menace, les gendarmes connaissent bien les drones. Revue de trois projets en cours présentés cette semaine au salon international de l’aéronautique et de l’espace de Paris-Le Bourget, qui vont intéresser les militaires.

Surveillance

Les gendarmes ont déjà lancé leur propre système d’identification et de cartographie des drones civils. Mais ils ne sont pas les seuls. La Commission européenne a donné mandat en 2016 sur ce sujet au programme Sesar dans le cadre d’un partenariat public-privé. Cette entreprise, consacrée à l’amélioration de la gestion du trafic aérien, a accouché du projet U-Space.

Son objet? Sécuriser l’emploi des drones en Europe et proposer des standards pour harmoniser les pratiques dans l’Union européenne. L’une de ses applications concrètes, le projet Geosafe, piloté par l’industriel Thales, sera testée en septembre prochain dans le Var. Cette solution de gardiennage virtuel doit permettre d’empêcher des drones de pénétrer au dessus d’infrastructures sensibles.

Lire aussi sur L’Essor: La Gendarmerie en première ligne pour la surveillance des drones civils

Neutralisation

L’information a été dévoilée par le journaliste Jean-Marc Tanguy: le Raid vient de commencer l’expérimentation, pour un an, des produits de la société Cerbair. L’unité d’intervention de la Police nationale aurait ainsi testé la solution de lutte anti-drones de cette entreprise, adossée à l’industriel MBDA lors des commémorations du Débarquement en Normandie. Le partenariat va permettre à la société d’avoir un retour sur l’utilisation de ses solutions.

Cerbair propose aujourd’hui des outils pour détecter, identifier et neutraliser les drones. L’entreprise offre notamment une solution de détection passive qui repère les émissions d’un drone ou de la télécommande d’un pilote à environ deux kilomètres.

Lire aussi sur L’Essor: La Garde républicaine dévoile ses chasseurs de drones

Des drones plus solides

En quelques années, le secteur des drones s’est bien professionnalisé. Si une partie des professionnels de la sécurité se fournissent toujours en drones grand public, d’autres font appel de plus en plus à des solutions sur-mesure. La question de la fiabilité est un enjeu considérable pour les forces de sécurité. Que se passerait-il si un drone contrôlé par un gendarme venait à blesser un tiers en chutant?

La PME Hionos a justement un projet à ce sujet. La société, associée avec Star Engineering et Survey Copters sur ce dossier, devrait être sélectionnée par la direction générale de l’armement à la rentrée pour un programme de développement d’un drone plus fiable. Ce dernier, destiné à être utilisé en milieu urbain par des forces de l’ordre, doit par exemple être certifié exempt de bugs informatiques.

Gabriel Thierry

Un commentaire

  1. niout

    Pour la surveillance des points “sensibles” reculés ou difficilement accessibles dans des enquêtes pour un environnement etc.. ce serait aussi une solution à la disponibilité immédiate d’un système moins cher que l’hélicoptère pour un plan épervier. Ces équipements pourraient être déployés jusqu’au niveau des compagnies, il y a très certainement des militaires passionnés d’aéromodélisme ou férus de pilotage aérien qui feraient aisément fonction dans la spécialité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *