dimanche 29 novembre 2020
Accueil / A la Une / Drame après un contresens sur l’A6 : le chauffard ivre et positif aux stupéfiants!
Autoroute ( Photo d’illustration Gellinger / Pixabay)

Drame après un contresens sur l’A6 : le chauffard ivre et positif aux stupéfiants!

Le conducteur qui a emprunté l’autoroute A6 à contresens dans la nuit de mardi à mercredi, provoquant une collision mortelle, était sous l’emprise de l’alcool et de stupéfiants, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Mâcon.

L’automobiliste de 68 ans, décédé dans l’accident, présentait une alcoolémie de 1,91 gramme par litre de sang et était positif au cannabis, a précisé la même source, confirmant une information du Journal de Saône-et-Loire.

D’après le Journal de Saône-et-Loire, cet habitant de Cluny depuis 2016 était arrivé en France en 2014, contraint de quitter les Etats-Unis, n’ayant pas la nationalité américaine mais française, où il vivait depuis l’âge de 4 ans et ce, pour une série d’infractions commises sur le sol américain dont la consommation de drogues. Il était interdit de séjour aux USA durant dix ans.

Dans la nuit de mardi à mercredi, le sexagénaire avait été signalé roulant à contresens sur l’A40 à hauteur de Feillens (Ain). Au volant de sa Clio, l’homme a poursuivi sa route sur l’A6 pendant “environ quinze kilomètres”, toujours dans le sens inverse de la circulation et malgré les signaux d’alerte d’un patrouilleur.

Le pronostic vital du garçon n’est plus engagé

A hauteur de Fleurville  (Saône-et-Loire), il a heurté frontalement un monospace transportant une famille de cinq personnes qui habite à la Trinité près de Nice.

Les conducteurs des deux véhicules, le sexagénaire et le père de famille de 36 ans, ont été tués sur le coup. La fillette de ce dernier, qui allait sur ses quatre ans, a succombé à ses blessures peu après.

Hospitalisé “dans un état critique” après la collision, son frère de 13 ans a vu son état de santé s’améliorer et son pronostic vital n’était plus engagé jeudi, a ajouté le parquet. La mère de famille et son troisième enfant, de 13 ans également, choqués, avaient bénéficié d’une prise en charge psychologique. Les analyses toxicologiques sur le père de famille se sont révélées, elles, négatives, selon la même source.

Les investigations menées par l’escadron départemental de sécurité routière de la Gendarmerie se poursuivaient pour déterminer les circonstances de l’accident, notamment pour savoir où et comment l’automobiliste s’est retrouvé à contresens sur l’autoroute, ainsi que pour établir la chronologie de sa soirée.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. Roesch

    Au moment où “on” veut limiter à 80kmh la vitesse des véhicules au lieu de 90, on peut constater dans ces deux accidents que la vitesse n’y est pour rien mais que l’alcool ou les stupéfiants en sont la cause et par conséquent c’est dans ce domaine qu’il y a lieu de légiférer et de sanctionner au lieu d’exaspérer les conducteurs par des mesures inadaptées et importunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.