vendredi 18 octobre 2019
Accueil / A la une / Dix changements de patrons du côté des limiers de la Gendarmerie
Illustration (SD/L'Essor).

Dix changements de patrons du côté des limiers de la Gendarmerie

Cet été, il va y avoir des changements du côté des prestigieuses sections de recherches de la Gendarmerie. Dix de ces unités, qui regroupent la crème des enquêteurs, sur les 40, vont changer de patron ce jeudi 1er août. L’Essor fait le point sur les arrivées des nouveaux commandants.

A Montpellier, le lieutenant-colonel Charles-Guillaume Lacoste va prendre le commandement de la section de recherches. Il succède au colonel Bertrand Pallot. A Amiens, les enquêteurs vont accueillir le lieutenant-colonel Thierry Chetrit, qui succède au colonel Jean-Marie Paris.

Lire aussi sur L’Essor: mercato des généraux: le détail des mouvements estivaux

Dans le Rhône, le colonel Hervé Petry passe la main au colonel Laurent Lesaffre. Ce dernier quitte ainsi le commandement de la section de recherches de Pau, désormais dirigée par le lieutenant-colonel Cédric Gervais. De son côté, le colonel Pascal Peresse quitte la section de recherches de Besançon pour celle d’Angers, commandée auparavant par le colonel Gregory Goumain. Il sera remplacé dans la ville bisontine par le lieutenant-colonel Yves Raguin. A Nancy, le colonel Franck Chaix, un ancien du GIGN, laisse les rênes au lieutenant-colonel Christophe Le Gallo, auparavant adjoint au chef à l’Oclaesp.

En Outre-mer, le lieutenant-colonel Emmanuel Bobo prend le commandement de la section de recherches de Fort-de-France, en Martinique. Et à Papeete, en Polynésie française, la lieutenant-colonelle Christelle Tarolle succède au lieutenant-colonel Alain Atger. Enfin, dans les formations spécialisées, le colonel Laurent Chartier prend la suite du colonel Johanne Gojkovic-Lette. C’est désormais lui qui est à la tête de la section de recherches de la Gendarmerie des transports aériens.

A voir également

Le forcené tué dans l’Oise, un “suicide by cop”

C'est, comme disent les Américains, un "suicide by cop". Le forcené d'Ercuis a crié "Tuez-moi, tuez-moi" aux gendarmes du GIGN en leur tirant dessus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *