samedi 20 juillet 2019
Accueil / A la une / Disparition à 106 ans de Marie Vessereau, résistante et épouse d’un sous-directeur de la Gendarmerie
En 2014, le lieutenant-colonel Gabriel Ramain, président départemental de l’Association nationale des officiers de carrière en retraite de la Gendarmerie, avait fait une belle surprise à Marie Vessereau en l’invitant au Fantin-Latour, restaurant grenoblois réputé, pour fêter ses 102 ans. La centenaire était en pleine forme et d’autant plus émue par cette délicate attention que le repas était honoré de la présence du colonel Jean-Valéry Lettermann, qui commandait alors le groupement de l’Isère, et égayé de la participation de deux gendarmes de charme, la cheffe Marie Chartoire et Delphine Jaffre-le-Ber, ce qui fut l’occasion d’une jolie photo-souvenir.

Disparition à 106 ans de Marie Vessereau, résistante et épouse d’un sous-directeur de la Gendarmerie

Marie Vessereau, qui vient de disparaitre à l’âge de 106 ans, était une grande résistante. C’était aussi l’épouse d’un officier de gendarmerie, résistant lui aussi, qui fut sous-directeur de la Gendarmerie nationale à l’époque où le directeur général était un magistrat. On peut donc dire qu’à la fin des années cinquante, le général Vessereau était le “premier gendarme” de France. Il est décédé en 1961 l’âge de 55 ans. La caserne de gendarmerie d’Auxerre porte son nom. Sous le pseudonyme de “Lavilette”, il commanda le maquis Mariaux qui s’illustra entre 1942 et 1944 dans le Nivernais.
La 79° promotion d’officiers formés l’EOGN (1974-1975) a été baptisée “Général Vessereau”.
Les funérailles de Mme Vessereau, décédée le 13 mai 2018, ont été célébrées samedi dernier en l’église Saint-Louis de Grenoble. Un hommage lui est rendu dans la Nièvre, à Cosne-sur-Loire, ce mardi 22 mai. De nombreuses personnes et représentants de l’Arme ont participé au deuil de Michel, son fils (deux autres sont décédés), de ses belles-filles, de ses petits-enfants et arrière-petits-enfants.
Née le 18 Juin 1912, la centenaire a fait partie du réseau BuckMaster ainsi que son mari le capitaine Fernand Vessereau, qui fut d’ailleurs déclaré déserteur parce que, ne voulant pas rester sous les ordres de Vichy, il avait rejoint le maquis de la Nièvre.
Née Leccia, Marie faisait partie d’une grande famille de patriotes : son frère Marcel et deux de ses cousins payèrent de leur vie leur engagement dans la Résistance.

Croix de Guerre 1939 1945

Voici la citation à l’ordre de la division qui a valu la Croix de Guerre à la jeune résistante :

“Agent de liaison d’un sang- froid et d’une maitrise de soi-même exceptionnelle, n’a cessé depuis 1940 de prêter le concours le plus actif à la Résistance. Le 25 avril 1944, un Officier du War-Office ayant été arrêté chez elle, a, dans des circonstances extrêmement dangereuses, immédiatement alerté tout un circuit s’étendant de Paris à Châteauroux, sauvant ainsi plusieurs agents français et anglais. A assuré elle-même la direction des opérations de plusieurs opérations de parachutage. A plusieurs reprises a servi de courrier entre la zone libre et la zone occupée pour passer des postes émetteurs de TSF et des armes. Arrêtée par la Milice, le 13 juillet 1944, a subi un interrogatoire extrêmement violent à Vichy, sans livrer une seule personne. Au maquis depuis le mois d’août 1944, n’a cessé d’y faire preuve des plus belles qualités de courage dans les missions de liaison qui lui ont été confiées”.

Marie était notamment chevalier de la légion d’Honneur, chevalier de l’ordre national du Mérite, et médaillée de la Résistance.

L’Essor adresse ses condoléances attristées à sa famille et ses proches.

A voir également

La futur caserne de gendarmerie d'Ennery doit être livrée au premier semestre 2020 (Photo : Pixabey).

Pose de la première pierre de la future gendarmerie d’Ennery

Le chantier a débuté début avril, mais la première pierre de la future gendarmerie d'Ennery (95) a été posée symboliquement ce 13 juillet. De nombreuses personnalités civiles et militaires avaient fait le déplacement sur ce vaste terrain sis dans la Zac des Begnennes, acheté en 2017 par la ville à la communauté de communes Rives de Moselle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *