samedi 4 juillet 2020
Accueil / A la une / Deux jeunes condamnés pour l’agression d’un couple de gendarmes en civil à Ancenis
Image d'illustration (Photo/SD/L'Essor)
Image d'illustration (Photo/SD/L'Essor)

Deux jeunes condamnés pour l’agression d’un couple de gendarmes en civil à Ancenis

Deux jeunes ont été condamnés ce vendredi 26 juin 2020 par le tribunal correctionnel de Nantes pour avoir agressé un couple de gendarmes en civil qui faisait son jogging, le 16 février 2020, à Ancenis (Loire-Atlantique).

Saddam Z. est décrit comme “le plus virulent”. Il a écopé en conséquence de trois mois de prison ferme et cinq avec sursis probatoire, comprenant une obligation de soins. Il devra en outre payer une amende de 150 euros au Trésor public pour une contravention connexe. Placé sous contrôle judiciaire lors du dernier renvoi de l’affaire, cet habitant de Vallet (Loire-Atlantique) âgé de 27 ans était absent au procès mais représenté par son avocate.

Son complice Charlie R., un habitant de Bonnoeuvre (Loire-Atlantique) de 22 ans, devra accomplir quatre semaines de travail d’intérêt général (TIG) au profit d’une association ou d’une collectivité et payer lui aussi une amende de 150 euros au Trésor public. Il était pour sa part présent à l’audience. Les deux devront enfin payer 500 euros de dommages et intérêts à chacun des gendarmes qui s’étaient constitués partie civile.

Lire aussi: Le nombre de gendarmes blessés à la suite d’une agression en forte hausse en 2018

“Il disait qu’il n’arrivait plus à respirer”

Le jour des faits, les prévenus croisent en voiture un élève gendarme en poste à Tulle (Corrèze) et sa compagne brigadier-chef à Ancenis à cent mètres de leur caserne. L’élève gendarme, qui a exercé auparavant sur Ancenis, a déjà eu affaire aux prévenus.  Après, selon Charlie R., un “échange de regards”, le conducteur fait demi-tour et  baisse sa vitre alors que les militaires ouvrent leur portail. Des “outrages” sont proférés et le conducteur descend de sa voiture “pour faire un one-to-one” avec l’élève gendarme.

Ce dernier, “un peu estomaqué”, est alors “pris au col” par Saddam Z. Sa compagne est “bousculée” dans l’altercation. “C’est le gendarme qui nous a dit de nous garer. Il a dit “Je vous nique”, a assuré à l’audience le plus jeune des deux prévenus. Saddam Z., le plus âgé, est par la suite plaqué au sol par des militaires venus en renfort depuis la caserne voisine. A terre, il fait mine d’avoir mal au dos et au bras. Les militaires desserrent leur étreinte… Mais  l’intéressé en profite pour se redresser et prendre la fuite !

Lire aussi: Adama Traoré et George Floyd, deux affaires bien différentes

“Il disait qu’il n’arrivait plus à respirer”, a précisé à l’audience Charlie R.. En repartant, son coprévenu promet d’écraser les gendarmes la prochaine fois qu’il les croiserait, selon le récit des gendarmes. “Il m’a dit “Si j’attrape ton arme, je te bute”, précise l’un d’eux.

Les deux jeunes se sont finalement rendus trois jours plus tard. Les gendarmes les avaient appelé à plusieurs reprises sur leurs téléphones portables. Ils ont reconnu les faits et expliqué avoir cru voir un “geste déplacé” de la part des deux gendarmes en civil.

Refus d’obtempérer avec “un petit coucou” au passage

Ces prévenus étaient déjà connus de la justice nantaise. Saddam Z. avait par exemple été condamné en 2015 à quatre mois de prison ferme. Ils avait refusé de s’arrêter à un contrôle à La Rouxière (Loire-Atlantique), alors qu’il conduisait une voiture sans permis. Il avait même “fait un petit coucou” aux gendarmes en passant.

Un an plus tôt, en 2014, il avait écopé de six mois de prison ferme. Une peine accompagnée de la révocation de six mois de prison avec sursis antérieurs. Il avait blessé un autre automobiliste et pris la fuite le 5 juillet à Vallet (Loire-Atlantique). De son côté Charlie R. avait été condamné en 2017 pour s’être emparé, avec un copain de 17 ans, des clés du coffre-fort de la Poste du centre commercial des Arcades, à Ancenis (Loire-Atlantique).

GF (PressPepper)

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *