vendredi 25 septembre 2020
Accueil / A la Une / Détenu gitan en cavale tué par le GIGN: la légitime défense se confirme
Photo d'illustration (GIGN).
Photo d'illustration (GIGN).

Détenu gitan en cavale tué par le GIGN: la légitime défense se confirme

Photo d'illustration (GIGN).
Photo d’illustration (GIGN).

La thèse de la légitime défense semblait privilégiée au lendemain de la mort dans le Loir-et-Cher d’un membre de la communauté des gens du voyage, tué par des gendarmes de l’antenne GIGN de Tours lors de son interpellation, selon les premiers éléments de l’enquête exposés vendredi par le procureur de la République de Blois.
L’interpellation de ce gitan de 37 ans, en cavale depuis septembre dernier et localisé à Seur, au sud de Blois, au domicile de son père, a été déclenchée vers 13H00, jeudi, a expliqué le procureur, Frédéric Chevallier.

Les gendarmes ont investi l’ancienne ferme où résident les proches de cet homme et pénétré dans une petite dépendance où Angelo Garand se cachait, a indiqué le procureur.

“Les gendarmes lui ont demandé de se rendre. L’homme s’est levé, les gendarmes sont venus à son contact, puis il a sorti un couteau et l’a exhibé en s’avançant avec des gestes circulaires menaçants”, a-t-il dit.

“Les gendarmes ont reculé et ont utilisé le Taser, le pistolet à impulsions électriques. Mais cela n’a pas eu l’effet escompté” (…) Angelo Garand s’est “rué sur un gendarme tentant de lui porter des coups au niveau du visage et du cou. C’est dans ces conditions qu’un premier gendarme a fait usage de son arme puis un second militaire a fait de même ce qui a permis de le neutraliser“, a déclaré le procureur.

La garde à vue levée samedi matin

Les deux gendarmes ont été placés en garde à vue et sont entendus par l’inspection générale de la gendarmerie. Leurs trois collègues, seuls témoins directs des faits, ont eux aussi été entendus. Une reconstitution a été organisée vendredi après-midi à Seur.

Selon le procureur, “les constatations médico-légales, celles de police technique et scientifique, l’expertise balistique, confrontées aux différentes auditions, permettent de dire qu’il existe une cohérence avec la description faite par les gendarmes. “Je n’ai pas d’éléments permettant de douter de cette explication”, a-t-il fait valoir.

Une autopsie de la victime a été réalisée vendredi matin à Tours. Angelo Garand n’avait pas réintégré la prison de Vivonne près de Poitiers (Vienne) après une permission de sortie. Il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt et était recherché pour évasion dans le cadre d’une commission rogatoire d’un juge d’instruction.

Il était connu pour des faits de vols aggravés. La dernière condamnation, à 4 ans de prison ferme, remontait à janvier dernier à Châteauroux. L’homme était considéré comme potentiellement dangereux. La garde à vue des deux militaires doit s’achever samedi matin. Le parquet de Blois devrait ouvrir une information judiciaire. Un important dispositif de forces de l’ordre a été déployé à Seur mais vendredi soir, aucun incident sérieux n’était à déplorer.

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. Nrs

    Madame,monsieur,

    Je me permets de réagir à votre article évoquant la mort d’un “détenu gitan” en cavale. Le titre nomme le GIGN comme, l’unité ayant neutralisée ce détenu. C’est inexacte,d’ailleurs vous précisez par la suite qu’il s’agit de l’antenne gign de Tours. Vous evoquez donc deux unités différentes pour une même action. Je ne pense pas que votre journal ne fasse pas la différence entre le GIGN et les antennes gign. Unités sœur leurs différences sont notables.Cette confusion, dans l’intitulé de votre article est surprenante pour un journal spécialisé Gendarmerie tel que le votre. Je reste malgré tout persuadé que vous avez à cœur de relater l’exactitude des faits que vous diffusez.

    Merci de l’attention que vous accorderez à cette précision.

    Cordialement

    • Didier Chalumeau

      Bonjour

      Dans le titre Antenne GIGN de Tours était trop long, nous sommes limités dans les titres. C’est pour cette raison et en même temps, ce n’est pas complètement faux, les antennes GIGN étant engagées depuis Satory.
      Dans l’article c’est bien précisé. Votre remarque est pertinente et d’ailleurs nous avons rajouté antenne dans la dépêche AFP qui nous a servi de base pour l’article.
      Merci bien. Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *