mercredi 17 juillet 2019
Accueil / A la une / Des trafiquants d’objets militaires confondus par les gendarmes
Le butin retrouvé par les enquêteurs (Photo Gendarmerie Aube)

Des trafiquants d’objets militaires confondus par les gendarmes

Les gendarmes de l’Aube ont interpellé des cambrioleurs ayant volé des objets militaires appartenant à des collectionneurs. Les deux individus ont été condamnés. L’un d’eux a écopé de 12 mois de prison ferme.

Le butin est conséquent: des casques de 14/18, des armes etc.(Photo Gendarmerie nationale)

Cette très belle affaire judiciaire débute dans la nuit du 18 au 19 mai 2019. Un cambriolage important est alors commis au préjudice d’un collectionneur aubois d’effets militaires. Rapidement, les enquêteurs de la brigade de recherches de Rosières-près-Troyes identifient deux individus. Ils constatent que les hommes tentent de revendre, à deux reprises, des effets militaires près d’une bourse aux armes dans les Hauts-de-Seine. Les spécialistes de l’Office central de lutte contre le trafic de biens culturels (OCBC) les assistent pour cette enquête.

Les objets vendus près d’une bourse aux armes

Le 5 juin 2019, les deux suspects sont placés en garde à vue par les gendarmes aubois. Lors des perquisitions, outre les effets militaires, des bijoux et stupéfiants sont découverts. Une culture indoor de cannabis est également mise au jour. Ces deux trafiquants d’objets militaires, dont des casques de la 1ère guerre mondiale, ont été jugés le 11 juin.

Le tribunal correctionnel de Troyes condamne l’un à 18 mois d’emprisonnement dont 12 mois ferme. Le second écope de 6 mois d’emprisonnement dont 3 fermes.

Lire aussi sur L’Essor: Aube : les gendarmes mettent fin à une longue série de vols dans des maisons en construction

A voir également

Exemple de conversation avec la brigade numérique (Crédit photo:GT/L'Essor).

Révolution numérique: le nouveau visage de la Gendarmerie (dossier)

[DOSSIER] La Gendarmerie s'empare de l'outil numérique et développe de nouvelles armes et de nouveaux moyen de communications.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *