samedi 31 octobre 2020
Accueil / A la Une / Des gendarmes blessés et violentés lors d’échauffourées en marge de la Fête nationale
Plusieurs gendarmes ont été blessés lors de manifestations et de violences urbaines en marge du 14 juillet. (Photo: Domenjod/WikimediaCommons)
Plusieurs gendarmes ont été blessés lors de manifestations et de violences urbaines en marge du 14 juillet. (Photo: Domenjod/WikimediaCommons)

Des gendarmes blessés et violentés lors d’échauffourées en marge de la Fête nationale

C’est une triste tradition dont les forces de l’ordre (et pas que) aimeraient bien se passer. La période de la Fête nationale donne souvent lieu à d’importants débordements et troubles à l’ordre public. Et malgré le contexte sanitaire, cette année 2020 ne fait exception. Plusieurs gendarmes en ont fait les frais et ont été blessés.

Différents points d’affrontement ont ainsi été enregistrés à Paris dans l’après-midi du 14 juillet. Tout d’abord à proximité des Champs-Elysées et de la place de la Concorde, dont les accès étaient interdits en raison de la cérémonie militaire. Des Gilets jaunes ont essayé de s’y rendre et ont fait face à l’important dispositif de verrouillage de la zone. D’autres organisaient un rassemblement contre les violences policières devant le siège de l’Inspection générale de la Police nationale, non loin de là, dans le 8e arrondissement.

Les gendarmes attaqués à Paris

Une manifestation de soignants se tenait également dans le secteur de la place de la Bastille. Coordonnée par les organisations syndicales, elle a pris un tournant violent en milieu d’après-midi quand les gendarmes et policiers qui encadraient l’événement ont été pris à partie par une centaine d’individus vêtus de noir et pour certains, visage dissimulé.

Appelés sur un autre point de la manifestation, les gendarmes ont été la cible de ces individus. Lors d’un repli, l’un d’entre eux a été victime d’un croche-pied. Au sol, il a reçu plusieurs coups et projectiles avant de se relever. L’action des forces de l’ordre a néanmoins permis l’interpellation de 44 personnes, appartenant a priori à la mouvance black bloc. Sur place, la préfecture de Police de Paris a d’ailleurs comptabilisé un peu moins de 3.000 manifestants, dont environ 1.300 Gilets jaunes et 150 “éléments radicaux”, liés au black bloc.

Lire aussi: Trois blacks blocs interpellés à Bordeaux par les gendarmes

Huit gendarmes blessés à Evreux

La nuit précédente, entre lundi 13 au mardi 14 juillet, d’importantes échauffourées ont éclaté en Normandie, à Evreux. Des gendarmes mobiles ont d’ailleurs été envoyés en renfort des unités de Police. Au cours de la nuit, ciblés par des projectiles et des artifices, huit gendarmes ont été blessés, tout comme plusieurs policiers de la direction départementale de la sécurité publique. Un bilan qui ne prend pas en compte les traumatismes sonores, généralement non-comptabilisés.

Mêmes scènes à Besançon (Doubs) où des affrontements ont eu lieu entre des bandes de jeunes et les gendarmes mobiles. Pas de blessés à signaler du côté de la ville-capitale de la région Bourgogne-Franche-Comté, malgré de nombreuses dégradations et incendies de mobiliers urbains. Non loin de là, à Montbéliard, la mairie a même dû mettre en place un couvre-feu, suite à une première nuit de violences urbaines.

Lire aussi: Covid-19: Nouveaux incidents outre-mer, plusieurs gendarmes blessés dont un sérieusement

Un pompier blessé par balle dans l’Essonne

Outre les atteintes faites aux gendarmes et policiers un peu partout sur le territoire, un pompier a également blessé par balle à la jambe. Accompagné de policiers, il intervenait sur un feu de véhicule dans un quartier défavorisé de la ville d’Etampes (Essonne). L’origine du tir, l’arme et le calibre de la munition n’ont quant à eux pu être identifiés pour le moment. Des faits unanimement condamnés par les autorités et la classe politique, à commencer par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Crowdfunding campaign banner

6 Commentaires

  1. Parigot

    L’uniforme ne fait pas peur à ceux qui considèrent les forces de l’ordre comme une bande rivale:
    https://www.20minutes.fr/faits_divers/2821039-20200713-deux-sevres-gendarmes-mobiles-renfort-mettre-violences-urbaines

  2. Marianne Pagnier

    C’est la France défigurée ! Les forces de l’ordre attaquées; INADMISSIBLE, par une population toujours plus métissée; c’est l’évidence.
    Elle a, aussi donné ” l’ exemple”,La soignante qui avait jeté des pierres sur les forces de l’ordre, incitant les sauvages armés, agressifs que nous rejetons avec convictions.Interpellée , s’est plainte de ne pas avoir été menottée avec courtoisie, bienveillance et pourquoi pas avec déférence ? ” Ma ventoline!! ma ventoline ! ma ventoline ! ma ventoline !

    NON, ON NE JETTE PAS DES PIERRES SUR NOS FORCES DE L’ORDRE . Même si on a un type et un prénom méditerranéens et que l’on porte une blouse blanche, et que l’on a besoin de sa ventoline..
    Je regrette sincèrement pour ces méditerranéens que l’on croise dans nos vies, qui subissent la méfiance tant que l’on doute de leurs éducations et de leurs valeurs.
    Notre soutien indéfectible aux Forces de l’Ordre, qui se retrouveront, tôt ou tard face aux fusils de guerre de ces dégénérés.
    Que va t’il arriver ? Les représentants de la Justice seront eux toujours au chaud, et en sécurité dans leur totale impunité.

    • BRIANT

      Je suis un ancien qui a participer du début jusqu’à la fin des manifestations de mai 68 nous n’avions pas les équipements de maintenant et je suis malheureux de voir nos Gendarmes qui reculent.Ils sortent tous des Stages de Saint – Astier. Il y a vraiment un manque de commandement…Comment le peuple peut croire être défendu.

  3. DRAILLET

    Trop de jeunes dans les escadrons et il faut remettre le sport à l’honneur ainsi que le drill ?????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.