mardi 15 octobre 2019
Accueil / A la une / Des gardes républicains de Matignon dénoncent leur surmenage dans une lettre anonyme (actualisé)
Photos d'illustration (S.D/L'Essor).

Des gardes républicains de Matignon dénoncent leur surmenage dans une lettre anonyme (actualisé)

(Version actualisée le mercredi 3 octobre 2018 à 16h30)

Une lettre anonyme, signée simplement “les gendarmes de la compagnie de sécurité de l’hôtel de Matignon”, dénonce les conditions de travail au sein de cette unité. Datée du 29 août 2018, elle vient d’être dévoilée ce mardi 2 octobre 2018. Des militaires de cette unité, composée d’une centaine d’officiers, sous-officiers et gendarmes adjoints volontaires du 2e régiment d’infanterie de la Garde républicaine, détaillent dans un courrier de 19 pages le “profond malaise” qui traverse leur unité.

Chargés de la sécurité du Premier ministre, ils détaillent dans ce courrier une “fatigue générale et un surmenage” dont ils sont victimes, à la suite de la mise en place d’un nouveau service au mois de janvier 2018. Selon ces gendarmes, il y aurait eu 25 départs “en une année” et “la perte de trois gradés non remplacés”, des départs dus selon eux aux mauvaises conditions de travail.

Les conséquences de ces conditions de travail rapportées semblent inquiétantes. Les auteurs de la lettre mentionnent en tout sept gendarmes qui auraient souffert à des degrés divers (du burn-out au malaise vagal) des conditions de travail. Selon nos informations, le directeur général “qui a bien pris en compte” les plaintes des gardes a déclenché une mission d’évaluation interne confiée à l’inspection générale.

G.T

A voir également

Le port autonome de Papeete sur l'île de Tahiti (Ph: Rbouissou/CC BY-SA 3.0)

Panne de courant à Tahiti: les gendarmes sur le pont

Une panne de courant a touché Tahiti, la principale île de la Polynésie française. Gendarmes et policiers ont dû gérer la circulation, faute de feux tricolores

12 Commentaires

  1. J’ai envie de pleurer ! Il y a de cela quelques décennies, on nous disait “on ne vous retient pas, la porte est grande ouverte, il y en a d’autres qui attendent. Ancien de la G.R.P., j’ai servi au Bataillon d’Honneur, Compagnies des Grands Services, casernes “Napoléon, Tournon et Babylone” de 1964 à 1971. Sûr, nous alignons les heures d’un travail parfois pénible sous la puie, au froid, aux intempéries en général, mais à cet époque, nous avions notre fierté d’appartenir au Corps de Tradition de la Gendarmerie Nationale. En 1968,
    nous montions la garde en survêtement sur les toits de l’Elysée, le Commandant Militare était le Colonel Laurent. Tout cela pour vous dire que nous étions des hommes, ancien d’Algérie, blessé 3 fois. Jai accompli 35 années de service et suis titulaire de la Médaille Militaire, de la Croix du Combattant, D.R.N., Médaille d’Argent avec agraffe “Gendarmerie” (étant titulaire de la jaune, je n’ai pas pû avoir l’Or), Commémorative “Algérie” et Diplôme des Opérations de Sécurité et de Maintien de l’Ordre en Algérie (main de fatma). Si un travail ne vous convient pas, ou ne vous convient plus : chagez de métier.

    • niout

      Bravo.! Sincères Félicitations vous êtes un glorieux soldat, un très bon militaire exécutant mais à mon sens vous n’êtes pas un Gendarme…. Un Gendarme est d’abord un homme plein d’honneur avec une grande fierté et de profonds sentiments humains. Cet homme exceptionnel fier compétent dont les valeurs morales vissées au corps lui exigent a un sens aigu du service et de respect. Ce militaire est toujours animé de grandes qualités sociales . C’est aussi un parfait militaire qui a le goût du devoir et est animé par un prégnant don de soi…Mais on peut ne pas partager cette opinion.

  2. Niout

    Petit à petit les errements antérieurs refont surface..!. Certains de ces nouveaux officiers d’origine civile sont en fait des “saigneurs” aux méthodes managériales “has been” mais très efficaces ( France Télécom etc). Formatés par la hiérarchie à ces dures méthodes de management totalement abscons, ils doivent appliquer à outrance leurs talents pour retrouver une pseudo rentabilité au détriment de l’humain. Malgré ce que l’on pourrait croire la diminution des effectifs et la répartition ds effectifs et des brigades sur le territoire n’a apporté aucune amélioration. Le travail en gendarmerie évolue très lourdement avec les contraintes des mesures pour la sécurité. La vieille hiérarchie “militaire” manipule dans l’ombre pour reprendre fermement la main face aux nouvelles mesures d’amélioration. Faudra t’il attendre des vagues de suicides ou des démissions attendues ? Ces départs en retraites seront compensés par un recrutement toujours moins sélectif de dociles exécutants ou par l’emploi en puissance de réservistes employés de façon détournées dans les missions annexes. L’affaire Benalla montre que les civils surement très qualifiés et compétents sont de plus en plus omniprésents dans l’Institution.. Il fut un temps où le D.G était un fonctionnaire civil qui commandait des militaires. Aujourd’hui on voit l’inverse..

  3. furling

    les gendarmes ont besoin de repos de respirer aussi besoin de se remontrer le moral c’ est nécessaire et impératif vu certaines évolutions. l’ éducation nationale devrait insister sur le respect des autres personnes, du bien personnnel, du bien commun, ça éviterait beaucoup de choses malsaines.
    un grand merci de transmettre au décideurs.

    gervais de l’ ini …… bien à vous tous

  4. Edmond VERONS

    Bonjour, la question du mois n’est pas clair : “Pour diriger la Gendarmerie, selon vous, vaut-il mieux nommer un militaire ou au contraire un civil ? » La réponse ne peut être précise car elle peut être analysée des deux façons. réponse OUI, cela veut il dire oui il vaut mieux nommer un militaire ou, oui au contraire un civil??????? idem avec la seconde réponse: NON, il ne vaut pas mieux nommer un militaire ou, non, au contraire un civil????

    La question devrait à mon sens être formulée différemment : Pour diriger la Gendarmerie, selon vous, vaut-il mieux nommer un militaire plutôt q’un civil ? »

  5. Alain Letort

    Honneur et respect à ces valeureux militaires ! Tenez bon !

    Un civil français
    à Washington, D.C., États-Unis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *