lundi 22 juillet 2019
Accueil / A la une / De nouveaux gadgets pour les investigations numériques des cyber enquêteurs
De nouveaux outils d'investigation numériques sont attendus par les cybergendarmes (Crédit photo: SD/L'Essor).
De nouveaux outils d'investigation numérique sont attendus par les cybergendarmes (Crédit photo: SD/L'Essor).

De nouveaux gadgets pour les investigations numériques des cyber enquêteurs

Les cyber gendarmes vont recevoir prochainement de nouveaux outils précieux pour leurs investigations numériques. Le service des achats de la place Beauvau vient de boucler un important marché (26 millions d’euros environ) lancé sur les outils d’investigation numérique, à destination des gendarmes, des policiers, des douaniers et de l’administration pénitentiaire.

La société Tracip, qui vient d’être rachetée par Deveryware, remporte la part du lion. Elle va fournir les quatre premiers lots, pour un montant d’environ 18 millions d’euros. Dans le détail, l’entreprise va d’abord apporter de nouveaux matériels d’investigations forensiques (lot 1). Elle est également chargée de proposer des progiciels d’investigation numérique orientés terrain et laboratoire (lot 2 et 3). Enfin, elle fournira les progiciels dédiés à la récupération et à l’analyse des traces internet (lot 4).

Lire aussi sur L’Essor: Le groupe Deveryware fait l’acquisition d’une entreprise proche de la Gendarmerie

Aleph Networks remporte de son côté le lot 5. Destiné à fournir une solution d’exploration du deepweb et du darkweb, ce marché est d’une valeur de 2,5 millions d’euros. La start-up n’est pas une inconnue chez les gendarmes. Elle travaille déjà en effet avec les ministères de la Défense, des Finances et de l’Intérieur. En outre, Cellebrite, une filiale du japonais Sun Corporation, un spécialiste de l’analyse des téléphones portables, s’empare logiquement du marché d’extraction et d’exploitation des données provenant de supports mobiles. Un contrat d’un montant de 5 millions d’euros.

Autant d’outils qui devraient prochainement rejoindre les bureaux des cyber gendarmes, que ce soient ceux du Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) ou ceux des correspondants N-Tech. Une aide précieuse pour les investigations numériques de ces cyber limiers.

GT

A voir également

Photo d'illustration (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Réforme des retraites: les gendarmes tirent leur épingle du jeu

Retraites à jouissance immédiate et bonifications des gendarmes seront maintenues. Les primes seront en plus intégrées au calcul de la pension.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *