vendredi 4 décembre 2020
Accueil / A la Une / Départ de l’Igag le général Loubès, son successeur nommé en février
Le général Loubès (à gauche) lors de l'adieu aux armes du directeur général Richard Lizurey (Ph: M. GUYOT/ESSOR)
Le général Loubès (à gauche) lors de l'adieu aux armes du directeur général Richard Lizurey (Ph: M. GUYOT/ESSOR)

Départ de l’Igag le général Loubès, son successeur nommé en février

Le successeur de l’Igag Jean-Marc Loubès devrait être nommé au mois de février. Le général d’armée Jean-Marc Loubès, 59 ans, a en effet fait son adieu aux armes ce lundi 3 février dans la cour d’honneur de la caserne des Célestins à Paris.

L’inspecteur général des armées gendarmerie (Igag), seul autre cinq étoiles de la Gendarmerie avec le patron des gendarmes, avait pris son poste en février 2019. Il avait alors succédé au général d’armée David Galtier. Le général Loubès quittera officiellement ses fonctions le 1er mars.

Lire aussi: Région Paca, mission de l’Igag: L’Essor a rencontré le général Galtier (Vidéo)

François Giéré, le directeur des opérations et de l’emploi (Crédit photo: Assemblée nationale).

La ministre des Armées Florence Parly devrait donc nommer son successeur au cours de ce mois de février. Parmi les “papabili” les plus souvent cités, on relève en tête de liste le nom du général d’armée François Gieré, directeur des opérations et de l’emploi (DOE), numéro 3 de la Gendarmerie.

L’Igag, le médiateur de la Gendarmerie

L’Igag figure parmi les cinq membres du collège des inspecteurs généraux des armées (Terre, Air, Mer, Gendarmerie, Armement). Nommé par la ministre des Armées, il dépend de celle-ci. Conseillers permanents du ministre, les inspecteurs généraux des armées remplissent des missions d’étude, d’information et d’organisation auprès des états-majors, de la Délégation générale de l’armement (DGA) et de la DGGN. L’Igag est également le médiateur au sein de la Gendarmerie.

Le général Loubès, qui part après une carrière de près de 40 ans dans l’Arme, était l’un des rares généraux à avoir la qualification de chef d’unité haute montagne et breveté parachutiste. Il a en effet commandé un peloton à l’escadron de montagne de Gap et surtout le PGHM de Briançon. De 1989 à 1993, il avait également dirigé la compagnie de Chamonix.

Titulaire d’un master en systèmes d’information, il a notamment servi au bureau de l’informatique opérationnelle à la direction générale à deux reprises avant de commander de 2001 à 2004 le groupement de gendarmerie départementale de la Vendée. Nommé général en 2010, il avait dirigé l’EOGN en 2012. Son dernier poste avant celui d’Igag était celui de commandant de la région Ile- de-France de 2016 à 2019.

PMG

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. jean Marcaire

    La justice se doit d’appliquer les lois comme il se doit et sans état d’âme actuellement les auteurs d’infractions sont de pauvres malheureux,et ne méritent pas d’être punis comme il se doit.L’honnêteté ne paye plus et il semble que le contraire est favorisé pauvre France.

    • jean Marcaire

      Pourquoi,la vérité doit être dite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.