lundi 17 mai 2021
Accueil / A la Une / Démantèlement d’un réseau spécialisé dans les attaques de DAB à l’explosif
Importants dégâts après l'attaque d'un distributeur automatique de billets (DAB) à Vittel en 2020. (Photo: Gendarmerie)
Importants dégâts après l'attaque d'un distributeur automatique de billets (DAB) à Vittel en 2020. (Photo: Gendarmerie)

Démantèlement d’un réseau spécialisé dans les attaques de DAB à l’explosif

Ils avaient fait sauter à l’explosif gazeux au moins quatre distributeurs automatiques de billets (DAB) dans l’est de la France. Les gendarmes viennent de mettre hors d’état de nuire une équipe spécialisée dans ce type d’attaques.

Sept hommes de la communauté des gens du voyage ont été arrêtés la semaine dernière. Le préjudice global s’élève à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Lire aussi: Clap de fin pour quatre spécialistes d’attaques de DAB au gaz en France et en Suisse

Tout commence au printemps 2020. Un phénomène d’attaques de DAB se voit déceler dans la région Grand-est, occasionnant des dégâts importants à aux agences bancaires ou postales ciblées ainsi qu’aux immeubles. Au moins quatre attaques dénombrées à Contrexeville et Vittel (Vosges) et Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône). Avec à chaque fois des dégâts matériels, causés par la déflagration, supérieurs au montant des billets dérobés.

Braqueurs de DAB: un groupe criminel à tiroirs

L’enquête permet de soupçonner un groupe criminel organisé itinérant agissant principalement depuis la Haute-Marne et dans les départements voisins. Le 2 juin 2020, la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) ouvre une information judiciaire pour “vols en bande organisée, destruction du bien d’autrui par un moyen dangereux pour les personnes et d’association de malfaiteurs en vue de préparer des crimes, en l’espèce des vols en bande organisée”.

Une cellule d’enquête se monte alors. Des gendarmes de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI), de la section de recherches de Nancy et du groupement des Vosges la composent. Ils ciblent trois malfaiteurs chevronnés autour desquels gravitent d’autres hommes. Ceux-ci assurent la fourniture de véhicules volés, de kits informatiques et électroniques, comme des boîtiers de démarrage automobile. D’autres s’occupent des entrepôts des véhicules volés et du matériel de fabrication des détonateurs (bouteilles de gaz, détendeurs, tuyaux).

Un véhicule volé enterré dans le jardin

Le 19 janvier 2021, le juge d’instruction de la JIRS donne le feu vert pour des interpellations dans la Haute-Marne, l’Isère et les Vosges. 110 gendarmes se mobilisent: enquêteurs, antenne GIGN de Reims, gendarmes de 4 groupements: Haute-Marne, Vosges, Isère et Rhône.

Une opération d’ampleur qui se solde par un bilan important: découverte de deux véhicules volés, l’un d’eux même enterré dans la propriété d’un des malfaiteurs!

Les enquêteurs mettent aussi la main sur plusieurs boitiers de programmation et diagnostic pour véhicule, des boîtiers de démarrage des véhicules sans effraction, des ordinateurs de gestion de l’électrique et de l’électronique des véhicules. Sans compter un brouilleur GPS/GSM pour rompre les filatures, des cagoules noires ou encore une clé pour ouvrir les portes de service donnant accès à l’autoroute.

Ils découvrent également des piles de 4,5 volts assemblées comme détonateurs, deux détendeurs pour bouteille de gaz (oxygène et acétylène), plusieurs bonbonnes de gaz et de mélange de gaz, tuyaux de gaz avec fils électriques. Bref, tout ce qu’il faut pour introduire un mélange gazeux dans le DAB et le faire détonner.

Lire aussi: Le retour des attaques de DAB au gaz explosif

Immeuble touché évacué par des locataires

Le préjudice global (vol des billets, destructions des agences et sur les édifices, véhicules volés) s’élève à plusieurs centaines de milliers d’euros. Dont 51.050 euros en billets volés dans les DAB.

A cela s’ajoute aussi d’importants dégâts sur les immeubles abritant les DAB. Un arrêté de mise en péril frappe depuis un immeuble de Contrexeville. Plusieurs locataires d’un autre immeuble à Vittel ont même du déménager.

Sept hommes âgées de 31 à 50 ans se voient ainsi placés en grade à vue. A l’issue, six sont présentés au juge d’instruction et mises en examen. Trois sont écroués et trois sous contrôle judiciaire.

PMG

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.