mercredi 26 février 2020
Accueil / A la une / Démantèlement d’un réseau de vols de cuivre sur des locomotives SNCF
Démontage par des voleurs de radiateurs à refroidissement de locomotives pour en extraire le cuivre (Photo OCLDI).

Démantèlement d’un réseau de vols de cuivre sur des locomotives SNCF

Ils démontaient depuis trois ans les radiateurs de refroidissement des locomotives SNCF pour en voler le cuivre. Une activité très organisée et lucrative. Pour la seule année 2019 (59 vols recensés), elle a coûté plus d’un million d’euros à la SNCF.

Onze personnes viennent d’être arrêtées et mises en examen à Nancy pour “vol et tentative de vol en bande organisée, recel de vol en bande organisée, blanchiment et association de malfaiteurs”. Sept ont été placées en détention provisoire et quatre sous contrôle judiciaire avec des cautions à hauteur de 400.000 euros,

Le cuivre à 5.000 euros la tonne

Ce réseau rassemblait voleurs, receleurs et entreprises de recyclage de métaux. Il visait des locomotives stationnées sur des emprises SNCF dont ils démontaient les radiateurs de refroidissement pour en extraire le cuivre. A 5.000 euros la tonne de cuivre, il s’agit donc d’une activité très lucrative.
Depuis 2016, plusieurs régions ont été concernées : Bourgogne-Franche-Comté, Champagne-Ardenne, Ile-de-France, Grand-Est, Hauts-de-France, Pays-de-la Loire).

L’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) a alors monté une cellule nationale d’enquête “Cuivre SNCF 71“. Elle a été confiée à la section de recherches de Dijon. Les arrestations, menées le 22 septembre, par plusieurs services de la Gendarmerie et de la Police, ont par ailleurs permis de saisir un véhicule Mercedes, des comptes bancaires à hauteur de 14.000 euros et 35.000 euros en espèces.

PMG

Un commentaire

  1. Accard

    Beau travail. N’oublions pas que le phénomène a été détecté en amont par l’analyse criminelle de la Cellule de coopération opérationnelle de la gendarmerie mis à disposition au sein de SNCF (Ccoop). Cellule composée de quatre sous officiers et d’un officier qui travaillent sur la détection des phénomènes sériels qui impactent le reseau ferré nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *