jeudi 23 mai 2019
Accueil / A la une / Décès de Serge Citerne, ancien administrateur national de l’UNPRG, président de l’Eure et ancien chef de la BR de Senlis
Serge Citerne (Photo MG/L’Essor)

Décès de Serge Citerne, ancien administrateur national de l’UNPRG, président de l’Eure et ancien chef de la BR de Senlis

Serge Citerne dans les années 2000 lorsqu’il était administrateur national (Photo UNPRG)

Nous apprenons  par Henri Martinez, président national de l’UNPRG le décès à l’âge de 80 ans de Serge Citerne, médaillé militaire et chevalier dans l’ordre national du Mérite.

Il a été administrateur national de 2000 à 2012 et président de l’union départementale de l’Eure de 2000 à 2013.

Ses obsèques auront lieu le 21 Août 2018 à 15H30 en l’église de la Madeleine à Evreux.

Originaire du Pas-de-Calais, fils d’un couple de cheminots, issu d’une fratrie de huit enfants, Serge Citerne a d’abord obtenu un CAP d’employé de bureau et a été embauché aux Ponts et Chaussées à Arras, au service spécial des autoroutes à l’époque de la construction de l’A1 Paris Lille.

Après son service national dans l’infanterie de marine à Dakar, Serge Citerne a travaillé dans le privé notamment à la Société Leroux  à  Arras en qualité d’aide-comptable magasinier. 

Il décide de rejoindre la Gendarmerie en 1962 et suit sa formation de 6 mois au Centre d’Instruction de Le Quesnoy (Nord). Sorti major de son peloton,  il a été affecté à la brigade Mixte de Clermont dans l’Oise.

Admis dans le corps des sous-officiers de carrière en 1964, il est gravement blessé dans un accident de la circulation et passe une semaine à l’hôpital.

 

Directeur d’enquête pour le “tueur de l’Oise” et le crash d’Ermenonville

OPJ en 1966, promu chef en 1971, il est de nouveau blessé en service en service commandé en intervenant sur un cambriolage de maison. Il en conservera une invalidité permanente.

Entre-temps, il y a  mai 68 et Serge Citerne participe aux opérations de maintien de l’ordre au sein d’un PGRM (peloton de Gendarmerie de réserve ministérielle) pendant 3 semaines mais est rappelé à la compagnie en qualité d’OPJ pour traiter une affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat, en l’occurrence l’arrestation d’un groupe de maoïstes qui avait monté une imprimerie clandestine dans une ferme du côté de Breteuil- sur- Noye. A la brigade de Clermont, il se distingue – et est félicité- lors l’arrestation de quatre braqueurs de bijouterie qui venaient de commettre un vol à Beauvais à bord d’une D.S.  L’équipe très structurée composée de truands chevronnés était recherchée par la brigade de recherches et du banditisme de la Préfecture de Police de Paris pour plus de 20 vols de bijouteries.

Après la brigade de Clermont, il a commandé comme chef la brigade de recherches de Senlis, puis comme adjudant le PSIG de Compiègne où il a eu comme chef le capitaine Jean-Louis Fournaise (qui a terminé général de corps d’armée, inspecteur général de la Gendarmerie), et la Brigade Territoriale de Creil en 1981 comme adjudant-chef. Promu major sur concours, il a été nommé adjoint au commandant de compagnie d’Evreux.

Il a terminé sa carrière au poste de responsable du secrétariat du groupement de l’Eure.

Après sa retraite de la Gendarmerie il a travaillé dans le privé. D’abord dans les assurances puis comme agent de Gestion d’Immeuble (AGI) à Evreux où il a eu en charge la gestion d’un patrimoine immobilier de 700 logements et 100 garages. Il a pris sa retraite définitive en 2002.

Serge Citerne avait la fibre judiciaire et au sein de la brigade de recherches de Senlis dans l’Oise, a participé activement comme directeur d’enquête à l’enquête sur le “tueur de l’Oise“, en l’occurrence l’ex gendarme Alain Lamarre, une affaire qui l’a marqué. C’est même lui et l’adjudant Cavalier qui ont arrêté Lamarre!

L’enquête a duré 11 mois et 14 jours!

Notre confrère Mathieu Guyot l’avait d’ailleurs interviewé avec le capitaine (ER) Serge Cavalier dans le numéro 496 de l’Essor en août 2016 au sujet de la sortie du film “la prochaine fois, je viserai le coeur” de Cédric Anger avec Guillaume Canet.

Serge Citerne avait témoigné dans l’Essor sur le tueur de l’Oise et sur le crash de la forêt d’Ermenonville (Repro DC/L’Essor)

Ce film n’a rien à voir avec ce qui s’est passé” avait commenté l’ancien enquêteur de l’Oise qui avait aussi été interviewé dans l’Essor 504 d’avril 2017  au sujet du crash d’un DC 10 de la Turkish Airlines en forêt d’Ermenonville en 1974. Il a raconté avec une précision extrême le coup de téléphone qu’il a reçu alors qu’avec son épouse, il recevaient pour la première fois leurs parents respectifs. “A 13h08, mon téléphone sonne et on me dit, “Citerne, un avion vient de s’écraser en forêt d’Ermenonville, on vous attend à la brigade de recherches ». Là encore il a été directeur d’enquête avec la mission d’identifier les victimes.

L’Essor avec lequel Serge Citerne a eu des relations régulières notamment lorsqu’il siégeait à la commission presse de l’UNPRG adresse ses condoléances attristées à son épouse et à ses enfants ainsi qu’à l’UNPRG.

D.C

 

 

 

Henri Martinez, président national, fait part de sa grande tristesse

C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de notre ami Serge Citerne.

Dès sa retraite en 1994, Serge s’est engagé dans la vie associative au sein de l’UNPRG de l’Eure. En Mai 2000, il accède à la présidence départementale de cette UD. Il la présidera jusqu’en Mai 2013, date à laquelle, il décide de mettre fin à son mandat.

Elu administrateur national en 2002 au congrès de Caen, pendant ses mandats, Serge occupera les fonctions de vice-président national puis de secrétaire national adjoint. En 2014, fatigué par deux accidents de la circulation dont il a été victime et par la maladie, il met un terme à ses fonctions au congrès d’Obernai en 2014.

De 2006 à 2014, nous avons collaboré au sein du conseil d’administration national. Serge était un homme de caractère et de conviction. Nos relations ont toujours été très bonnes et empreintes de courtoisie.

Que son épouse et ses enfants, qui l’ont veillé avec tant de tendresse et tant de dévouement, sachent que nous tous, partageons leur deuil.

Henri Martinez 

Président national de l’UNPRG

A voir également

Une nouvelle prime de lien au service pour les militaires et gendarmes du corps de soutien

Une prime de lien au service remplacera des primes dans les armées et la prime de fidélisation aux sous-officiers du corps de soutien technique administratif de la Gendarmerie nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !