jeudi 24 septembre 2020
Accueil / A la Une / Création d’un commandement pour la réserve opérationnelle
Stage de Préparation militaire Gendarmerie (PMG) pour de jeunes réservistes à Orléans en juillet 2016. Crédit : ND/Essor.
Stage de Préparation militaire Gendarmerie (PMG) pour de jeunes réservistes à Orléans en juillet 2016. Crédit : ND/Essor.

Création d’un commandement pour la réserve opérationnelle

 

Le général d’armée Richard Lizurey, Directeur général de la Gendarmerie (DGGN) a annoncé la création d’un commandement de la réserve opérationnelle selon une information de l’AEF. Ce commandement doit remplacer l’actuelle délégation aux réserves d’ici le 1er novembre.

C’est le samedi 1er octobre, à l’occasion du 20è anniversaire de l’Anorgend, fédération nationale des réservistes de la Gendarmerie, que le général Lizurey a annoncé la création de ce commandement. Le général de division Alain Coroir, actuel délégué aux réserves, en aura la charge.

Il s’agit d’un nouveau signal fort concernant la montée en puissance de la réserve opérationnelle de la Gendarmerie. La forme définitive de la Garde nationale voulue par le président de la République François Hollande au lendemain de l’attentat du 14 juillet à Nice n’est pas encore arrêtée. Une chose est sure : les réservistes de l’Institution seront au cœur de ce dispositif.

Le Premier ministre Manuel Valls avait précisé cet été, lors d’une visite à l’école de sous-officiers de Gendarmerie de Montluçon (03), que l’objectif était désormais d’atteindre 44.000 réservistes en 2017 et 80.000 à l’horizon 2019.

Plus de 1.000 réservistes opérationnels ont été formés cette année, dont 700 au cours de sessions additionnelles durant le seul mois d’août.

La limite d’âge maximale pour accéder à la réserve opérationnelle a également été relevée, passant de 30 à 40 ans révolus au 31 décembre de l’année en cours.

Par ailleurs, « le budget de la réserve de la Gendarmerie, qui était de 40 millions en 2014, passera à 105 millions en 2017 », a précisé le général Coroir en conclusion du colloque de l’anniversaire de l’Anorgend.

Des gendarmes en zone Police

Le DGGN a également annoncé que les réservistes opérationnels pourront être « mis à disposition en zone Police ». La réserve opérationnelle de la Police compte seulement 3.000 volontaires pour tout le territoire, et n’a pas un rôle supplétif, contrairement à celle de la Gendarmerie.

« Dès l’instant où la réserve de la Gendarmerie disposerait de suffisamment d’effectifs sur sa zone, c’est à dire environ 2.200 réservistes en moyenne par jour, alors, les effectifs supplémentaires seraient mis à disposition des policiers », a par ailleurs affirmé le général Corroir. Reste à connaître les modalités de ce déploiement envisagé à grande échelle, qui n’ont pas été précisées pour le moment.

 

Crowdfunding campaign banner

3 Commentaires

  1. Ange

    C’est très bien de montée en puissance mais pas a n’importe quel prix merci de bien sélectionné les nouvelles recrues.
    Il faut éviter de faire rentré le loup dans la bergerie

  2. Patricemerignac

    Les réservistes gendarme vont être sur le terrain avec la police 😀

  3. Steph.

    Bonjour.
    Je suis ancien gendarme ayant pris une retraite anticipée en 2015 après 26 ans dans la départementale.
    J’ai postulé pour la réserve en gendarmerie de l’air. J’ai donc commencé ma première mission en juillet 2016 et depuis ce jour je n’ai toujours pas été payé. J’ai téléphoné pour avoir des nouvelles et on m’a répondu qu’ayant déjà une retraite je n’étais pas prioritaire et que les jeunes avaient plus besoin d’argent que nous anciens gendarmes.
    Je pense qu’a ce rythme beaucoup de réservistes anciens gendarmes vont démissionner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *