jeudi 3 décembre 2020
Accueil / A la Une / Covid-19: le port du masque désormais imposé à tous les gendarmes
Depuis le début de la crise sanitaire, la question des masques pour la protection des gendarmes et des policiers fait débat. (Photo d'illustration - LP/L'Essor)
Depuis le début de la crise sanitaire, la question des masques pour la protection des gendarmes et des policiers fait débat. (Photo d'illustration - LP/L'Essor)

Covid-19: le port du masque désormais imposé à tous les gendarmes

Face au regain de la pandémie de Covid-19, le port du masque devient obligatoire pour l’ensemble des gendarmes à partir du 24 août 2020. Une note interne diffusée la semaine dernière rappelle les contours de cette nouvelle doctrine.

Plus de six mois après la mise en place des premières mesures sanitaires en France, le coronavirus circule toujours. Après un début d’été plutôt encourageant, les chiffres de ces dernières semaines montrent un rebond significatif du nombre de contaminations. Ce dimanche 23 août 2020, près de 4.900 nouveaux cas de contamination ont ainsi été enregistrés par Santé publique France. La fin des vacances d’été et la rentrée laissent craindre une seconde vague très importante. Aussi, la Gendarmerie a pris le pas et a renforcé son dispositif.

Port du masque obligatoire

Imposé jusqu’ici dans les véhicules et lorsque la proximité ne permettait pas un bon respect des distances sanitaires, le port du masque est désormais obligatoire pour l’ensemble des personnels. Qu’ils soient civils ou militaires; dans les bureaux ou sur le terrain. Des mesures similaires à celles imposées aux entreprises par le gouvernement à compter du 1er septembre 2020.

Dans sa note, la direction des personnels militaires de la Gendarmerie indique que le masque doit être systématique dans les espaces recevant du public ainsi que les espaces clos et partagés. Une directive accompagnée d’une liste de lieux directement concernés par ces obligations. Ce sont les bureaux avec au moins deux postes de travail, les espaces communs et de circulation des unités, les vestiaires s’il y en a, des salles de réunion, de conférence, de cours ainsi que les amphithéâtres. La mesure concerne donc bien évidemment également les écoles de Gendarmerie. Une seule exception: les personnels seuls dans un bureau. Eux pourront ne pas avoir à porter le masque en permanence. Dans les autres situations, le port du masque est laissé à l’appréciation, en fonction de la situation. Notamment le niveau d’exposition et l’évaluation du risque.

Lire aussi: Les experts de la Gendarmerie à nouveau mobilisés face à la Covid-19

Pots de départs interdits

Outre le rappel des gestes barrières, la note précise également que les moments de convivialité, tels que les pots de départs ou d’arrivée, sont interdits. Et ce, “jusqu’à nouvel ordre”. Enfin, les réunions doivent par ailleurs se dérouler dans la mesure du possible sous la forme de visioconférences.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. Mathieu

    J’apprécie votre journal depuis un bon moment mais extrêmement déçu par le fait que les plus hautes autorités de la gendarmerie cautionne le gouvernement à propos du port du masque, qui à terme, veut museler le peuple, alors que d’éminents épidémiologistes démontrent que non seulement le masque est inutile à l’extérieur mais qu’il peut être dangereux et créer des problèmes respiratoires que l’on découvrira l’hiver prochain car certaines personnes n’auront pas suffisamment de défenses immunitaires engrangées l’été.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.