vendredi 27 novembre 2020
Accueil / A la Une / Coronavirus: l’angoisse des conjoints de gendarmes et policiers
Photo d'illustration (Ph: M.GUYOT/ESSOR)
Photo d'illustration (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Coronavirus: l’angoisse des conjoints de gendarmes et policiers

Avec l’épidémie du coronavirus covid-19, difficile de ne pas s’inquiéter pour ses conjoints gendarmes ou policiers, chargés de faire respecter le confinement. Les proches sont dans l’angoisse.

Deux compagnes d’un gendarme et d’un policier, contactés par L’Essor, nous ont livré leur témoignage. La première, atteinte d’une maladie grave, est la conjointe d’un gendarme. La crise du coronavirus? “C’est assez difficile à vivre, explique-t-elle. Je suis très fragile. Je ne peux absolument pas recevoir de visite au risque d’être infectée.” Par sécurité, cette compagne de gendarme doit désormais vivre plus loin de sa moitié.

“L’éloignement est peut-être la meilleure des choses”

“Hier encore, il faisait mes courses et me les apportait, ajoute-t-elle. Mais ce n’est plus possible aujourd’hui. Dans ma situation, l’éloignement est peut-être la meilleure de choses. Avec ses collègues, ils sont très exposés au coronavirus.”

Une situation particulière qu’elle tient à faire savoir pour que le maximum de personnes suivent les consignes de confinement. “Les gens doivent rester le plus possible enfermés pour éviter de mettre en danger la vie des autres comme la leur, rappelle-t-elle. Il faut arrêter d’être égoïste. Plus vite on s’enferme tous, plus vite on sortira de cette période difficile.”

Lire aussi: Coronavirus: les craintes des gendarmes

Les conjoints de gendarmes et policiers inquiets pour leurs proches exposés

“Nos hommes sur le terrain n’ont ni masques ni gants, et surtout pas le droit d’en porter”, regrette de son côté Aurélie Laroussie, femme d’un CRS et présidente de l’association Femmes des forces de l’ordre en colère (FFOC). “Ils n’ont pas non plus de solution hydroalcoolique, sauf s’ils s’en sont procuré.”

Son mari CRS est actuellement à Strasbourg pour une mission d’une quinzaine de jours. “De l’autre côté de la frontière, en Allemagne, tous les policiers portent des masques et des gants, signale-t-elle. Près de Menton, les policiers italiens aussi.  Pourquoi pas nos forces de l’ordre ? On ne comprend pas. 

Bien sûr, elle reconnaît que la priorité doit être donnée aux personnels soignants. Mais les policiers et les gendarmes sont eux aussi exposés et en première ligne. “Ils sont au contact. Et lorsqu’ils interviennent, il n’y a parfois plus de distances de sécurité.”

Inquiète, Aurélie Laroussie craint une contamination de son mari. Ce dernier lui a confié ressentir des symptômes inquiétants. Mais aussi incroyable que cela puisse paraître, il n’y aurait pas de médecin disponible dans sa compagnie de CRS.  Résultat? Lorsqu’il rentra à la maison, il devra encore rester quelques jours à l’écart de la famille .

LP.

Crowdfunding campaign banner

4 Commentaires

  1. Anonyme

    Bonjour
    je suis gendarme, tout comme mon compagnon. Nous avons la chance d’être employés dans des bureaux mais notre présence est obligatoire pour faire fonctionner l’informatique gendarmerie.
    Pour les couples de militaires ou de policiers, rien n’a été mis en place pour s
    .occuper de nos enfants…
    On va devoir faire respecter le confinement sans avoir de plan de garde durable.

  2. Paul Bismuth

    Pour la gendarmerie nationale, on parle pour le moment de huit contaminés et de 350 pax confinés à domicile.
    Pour la police, c’est 30 contaminés et 600 confinés.
    http://www.opex360.com/2020/03/17/la-france-en-guerre-contre-le-coronavirus-les-armees-vont-etre-sollicitees/

    Pour le personnel soignant, c’est plus de 100 contaminés.

    Un point positif pour finir, on parle 5 000 guérisons en France.

  3. de toutes manières, les gendarmes et la police ont toujours été les parents pauvres des gouvernements. Il y a de l’argent pour promener “ces messieurs”. Combien de policiers et gendarmes réquisitionnés pour emmener le “roitelet et madame” voter au Touquet. Comme si nos forces de l’ordre n’avait pas assez à faire. Le Général de Gaulle ne voulait pas voir de gendarmes sur les routes. Mais comme la direction voulant quand même le protéger, les gendarmes se “cachaient” dans les buissons. Mon Mari à l’époque était gendarme près de Provins et était obligé de se cacher. Le Général n’a eu une escorte q’après l’attentat du petit Clamart Ne pouvant me déplacer j’ai donné procuration à mon voisin. Je ne suis pas Jupiter

  4. Un gendarme

    ” Le port du masque est proscrit” voilà ce qui est écrit en gendarmerie.
    N afollons pas les citoyens. Gardez la tête froide.
    Le masque est pour les personnes contaminées…..

    Sauf que le masque nous protège également des autres. En Chine le port du masque quasi annuelle n est pas uniquement porté par les malades….
    Un porteur du virus qui vous parle et qui postillone même aussi infime que ces postillons puissent être, ce fameux masque peut nous protéger.
    Les gants il en est de même.

    Je rentre chez moi et je retrouve ma femme enceinte, sans pouvoir l approcher. Pourquoi ? Parce que le port du masque est proscrit. À chaque service de contrôle sans masque, je remet le moteur à zéro sur la période d incubation. Et les services de contrôles sont tous les jours.

    Nous sommes des potentiels véhicules de ce virus et nous mettons en danger nos familles et les citoyens.

    Prenez soin de vous et de vos Proches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.