mercredi 20 mars 2019
Accueil / A la une / Congrès de l’UNPRG : le major général de la Gendarmerie répond aux interrogations du président
"Je ne me déroberai pas à vos interpellations, avec l’ambition de vous convaincre" a lancé le numéro 2 de l’Arme (Photo D.C/ L’Essor)

Congrès de l’UNPRG : le major général de la Gendarmerie répond aux interrogations du président

Lors du congrès 2018 de l’UNPRG qui s’est tenu au Cap d’Agde, le major général de la Gendarmerie, le général de corps d’armée Christian Rodriguez s’est adressé au congressistes de l’UNPRG et a répondu à Henri Martinez au sujet de plusieurs points en saluant sa détermination et en se “réjouissant de poursuivre avec L’UNPRG une collaboration importante pour notre maison” :

Il répond ainsi au président de l’UNPRG sur la dévalorisation des grades de sous-officiers, la gestion des hauts potentiels, l’outre-mer et évoque les retraites, la concertation, les risques psychosociaux, Notre-Dame-des-Landes, les brigades de contact.

Il détaille aussi les quatre priorités stratégiques de la Gendarmerie, évoque la place de la compagnie, annonce aussi une mobilité obligatoire à l’extérieur de l’Arme pour les officiers,  l’ambition de l’Arme de devenir l’opérateur national de la sécurité des mobilités ainsi que la sortie prochaine de la nouvelle doctrine du maintien de l’ordre.

Lire aussi sur L’Essor : Effectifs, hauts potentiels, évolution des sous-officiers : l’UNPRG interpelle la direction de la Gendarmerie lors de son congrès

“Je vois que votre détermination, et celle de votre union, est intacte et toujours aussi vive, comme l’est l’amour que vous portez chacun et collectivement à la gendarmerie.”

“Nous avons quelques points de désaccord qui seront faciles à dépasser, car plus que des désaccords, ce sont plutôt des lectures différentes de certains sujets. “

Le major général a souhaité dans son allocution selon ses termes “partir de l’actualité de la maison” pour expliquer comment la direction avance dans la mise en œuvre de ses priorités stratégiques, “afin de dresser un tableau de quelques chantiers qui sont devant nous”.

“Je ne me déroberai pas à vos interpellations, avec l’ambition de vous convaincre” a lancé le numéro 2 de l’Arme.

Le geste héroïque du colonel Arnaud Beltrame.

“Son geste a immédiatement sauvé une vie, sans doute même davantage”. 

“Ce n’est pas me semble-t-il un “sacrifice”, sa mère et son épouse ont dit et redit que ce mot ne traduisait pas l’état d’esprit d’Arnaud Beltrame. C’est une décision, une décision conforme aux valeurs qui étaient les siennes. Au courage dans lequel il avait toujours conçu son service de la France.”

“Je veux dire également devant vous combien nos camarades ont été rapidement sur place, en moins de 15 minutes, soit moins de temps que les 20 minutes prévues par le schéma national d’intervention.”

“Le dispositif opérationnel mis en place ce jour-là comme la montée en puissance opérationnelle ont été exemplaires, preuves d’une excellente préparation collective, que, vous le savez, le colonel Beltrame avait dirigée lui-même quelques semaines auparavant.”

“Cette réponse collective immédiate valide la pertinence de notre modèle”.

“Cet attentat a été pour nous tous une épreuve, mais c’est une épreuve à laquelle nous avons fait face la tête haute”.

Notre-Dame-des-Landes

“Elle a succédé à une première remarquable opération à Bure. Et la combinaison de ces deux séries d’interventions nous permet de conforter la nouvelle doctrine de maintien de l’ordre que nous avons mise sur pieds et qui paraîtra prochainement.

La manœuvre de Notre-Dame-des-Landes consistait pour nous en trois choses “:

prêter le concours de la force publique aux huissiers pour l’expulsion des terrains occupés illégalement, sécuriser les axes traversant le bocage pour rétablir en tout point la liberté de circulation,  et sécuriser par une manœuvre générale les abords de l’ex-ZAD pour éviter que des produits interdits n’y pénètrent.

“Cela a nécessité un très gros engagement et il faut tirer un coup de chapeau à la ténacité, au professionnalisme et au sang-froid de tous nos gendarmes engagés sur place”.  

“Là encore, les choix relatifs à notre modèle Gendarmerie ont été validés et ont démontré toute leur pertinence”.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les quatre priorités stratégiques

– Première priorité stratégique : le contact avec la population

“Il est remis dans l’ordre de priorité qui doit être le sien, c’est-à-dire à la première place !”

“Avant c’était ce que l’on faisait lorsqu’il restait du temps. Désormais la logique est inversée”.

Sur la place de la compagnie

J’entends ce que vous avez dit il y a quelques instants, sur la place de la compagnie que nous souhaitons conforter. ”

“Nous sommes au cœur de cette logique de contact. Il n’y a pas dégradation de tel ou tel grade.”

Il y a au contraire, avec la démarche de rédaction, sur le terrain et par le terrain, des contrats opérationnels dans le cadre de la politique de sécurité du quotidien, la responsabilisation de chacun, la capacité pour chacun de proposer et d’orienter son action au gré de l’analyse qu’il tire des besoins spécifiques de son territoire.

“Paris ou Issy-les-Moulineaux, ne peut pas, ne doit pas, tout décider en imposant un unique gabarit sur tout le territoire national.”

“Quant au choix de faire du commandant de compagnie un pilier de notre action, ce n’est pas tant un choix, en réalité, que la manifestation d’un constat. La brigade est le poste avancé du contact.” 

“Mais c’est bien la compagnie qui constitue le premier échelon de manœuvre opérationnel de la gendarmerie sur le territoire, avec son PSIG, sa BR et sa capacité à renforcer une brigade de son ressort par une autre, le tout dans une cohérence territoriale et un projet qui sont ceux du groupement.” 

“J’en profite pour faire une digression et répondre  à votre questionnement : il ne s’agit pas d’une dévalorisation des grades mais d’une élévation de nos personnels.

Auparavant, un sous-officier pouvait terminer sa carrière comme major. Demain, il la terminera comme capitaine dernier échelon.”

“L’affirmation du rôle du commandant de compagnie n’est donc pas conçue au détriment des brigades. Il est conçu à leur service, pour qu’elles puissent compter, conformément au principe de subsidiarité, sur les moyens de la compagnie voire du groupement“.

Cela étant dit, j’entends la crainte qui est la vôtre d’ôter aux commandants d’unité élémentaire leurs prérogatives, alors même que leurs missions sont de plus en plus nombreuses, et que les contraintes du service sont exigeantes. Ce n’est pas du tout notre conception, tout au contraire.”

Avec le Directeur général nous n’avons de cesse de rappeler qu’il faut donner les « clés du camion » aux commandants d’unités pour qu’ils puissent faire des choix guidés par leur expérience, leur sens du terrain et les réalités du territoire auxquelles ils sont confrontés.

C’est l’intelligence territoriale qui prévaut désormais car nous ne pouvons plus tout faire et tout assumer.”

– Deuxième priorité stratégique : la sécurité des mobilités.

“Le centre national de sécurité des mobilités ouvert à Issy-les-Moulineaux en octobre 2017 continue de monter progressivement en puissance”.  

“La gendarmerie poursuit avec légitimité son ambition de devenir l’opérateur national de la sécurité des mobilités, pour protéger non seulement les territoires mais les flux et les déplacements qui les traversent.”

– Troisième priorité stratégique : la transformation numérique.

“La gendarmerie a réussi ce virage et possède un temps d’avance sur nombre de dispositifs : la brigade numérique, le doublement des gendarmes numériques spécialisés dans les brigades d’ici 5 ans, l’expertise naissante s’agissant des nouveaux usages permis par l’intelligence artificielle, tout cela était une nécessité.”

“C’est un travail de longue haleine mais le virage est pris et bien pris”.

Cela a comme corollaire qu’il nous faudra, pour réussir, recruter davantage de scientifique dans les années à venir. Et de manière générale, il faudra avoir l’humilité de regarder de près comment orienter notre politique de recrutement, de formation et de ressources humaines.

Une mobilité obligatoire à l’extérieur pour les officiers 

“Le directeur général a souhaité par exemple que le parcours des officiers prévoit désormais, de façon obligatoire, une mobilité dans une autre administration, voire dans le secteur privé, pour que nous soyons davantage connus à l’extérieur et pour que nos officiers n’en reviennent que meilleurs au bercail, avec une expérience interministérielle, des contacts supplémentaires dans la société civile, des arguments nouveaux pour faire avancer la maison.”

Les hauts potentiels

” Il ne s’agit pas d’établir des castes ou de remettre en cause la diversité des profils au sein du corps des officiers. Il s’agit au contraire de favoriser la constitution d’un vivier, le plus large possible, pour aller chercher et développer les expériences, les aptitudes et les qualités dont nous avons spécifiquement besoin. Notre institution ne doit pas se fermer sur elle-même, elle doit continuer à s’ouvrir, s’ouvrir également aux civils, de façon à s’attaquer à de nouveaux défis et mieux répondre aux attentes et à l’air du temps. Il est de notre responsabilité – y compris et surtout de notre responsabilité militaire – de marcher avec notre temps et de chercher à devancer le temps suivant. “

– Quatrième priorité stratégique : la gestion de crise.

“Ce qui appelle notamment, on a vu leur rôle au moment d’Irma notamment, la nécessaire consolidation de nos réserves”. 

La réforme des retraites

Le général Lizurey a assisté récemment à une rencontre entre la Ministre des armées et Jean-Paul Delevoye, Haut-commissaire à la réforme des retraites. Nous sommes particulièrement attentifs à faire en sorte que les sujétions statutaires qui nous sont imposées et les contraintes attachées à nos missions de défense et de police soient prises en compte dans les travaux en cours. “

“Les membres du CSFM, dont 12 gendarmes, – ces gendarmes représentent plus de 50 % des militaires de carrière et 33 % des effectifs du ministère de l’Intérieur – , s’emploient ainsi à être reçus par Jean-Paul Delevoye pour exprimer leurs préoccupations.”

Les risques psychosociaux

“Un mot supplémentaire sur la concertation, qui porte, et se doit de porter, une attention particulière au moral et au bien-être de nos camarades”.

“Vous avez rappelé les risques psychosociaux auxquels sont exposés les militaires en cette période de fortes sollicitations.” “A cet égard, vous pouvez compter sur notre détermination pour améliorer le dispositif de prévention existant, pour renforcer la formation et la sensibilisation des personnels à la détection des signaux faibles, pour exiger de tous nos cadres, de tous les niveaux, un commandement bienveillant. C’est le sens des mesures qui ont été arrêtées par la Commission nationale de prévention réunie le 15 mars dernier à Issy-les-Moulineaux. Dans ce domaine, et certainement plus que dans tout autre, nous ne pouvons nous réfugier derrière la fatalité”.

Remerciements à l’UNPRG

Je voudrais enfin et cela est lié, chers membres de l’UNPRG, vous remercier pour votre rôle social toujours aussi intense, actif et solidaire. L’esprit d’entraide, de camaraderie et de fraternité que vous entretenez est une richesse pour la gendarmerie et ses gendarmes. Cet esprit fait honneur à la gendarmerie, à l’UNPRG, à ses dirigeants et à ses membres. Je tenais donc vous dire notre reconnaissance pour votre engagement au service des hommes et des femmes qui ont notre institution au cœur et pour la vie”
Discours intégral du major général sur demande à redactionweb@lessor.org

A voir également

Un gendarme des Yvelines ouvre le feu après un refus d’obtempérer

A la suite d’un refus d’obtempérer et un franchissement de herse à la Queue-lez-Yvelines, un …

Un commentaire

  1. gendarme

    sauf que un seul régime de retraite n’est prevu par le gouvernement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *