mardi 1 décembre 2020
Accueil / A la Une / Compte-à-rebours lancé pour l’intervention à Notre-Dame-des-Landes
A Notre-Dame-des-Landes (Photo/GF/PressPepper).
A Notre-Dame-des-Landes (Photo/GF/PressPepper).

Compte-à-rebours lancé pour l’intervention à Notre-Dame-des-Landes

Le compte-à-rebours est lancé pour une intervention des forces de l’ordre à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Selon Le Monde ou Le Parisien, l’opération d’expulsion des occupants illégaux de l’ancienne “zone à défendre” a été fixée au lundi 9 avril prochain par le gouvernement.

Nicole Klein, la préfète de la Loire-Atlantique, et Richard Lizurey, le directeur général (crédit photo: Pool / Franck Dubray / Ouest France).

La date de cette opération n’est pas confirmée officiellement par la Gendarmerie ou par la préfecture de Loire-Atlantique. Officieusement, de sources internes, elle est pourtant bien imminente, et pourrait même être suivie sur place par le directeur général de la Gendarmerie, signe de l’importance de la manœuvre pour l’Arme. Elle devrait concerner en toute une vingtaine d’escadrons de gendarmerie mobile, mais aussi des compagnies de CRS chargées de sécuriser Nantes et dans une moindre mesure Rennes.

Une opération attendue

L’intervention en soit n’est pas une surprise. Le Premier ministre avait averti lors de l’annonce de l’abandon du projet d’aéroport d’une future expulsion des occupants illégaux au printemps. Et s’il avait ouvert la porte à une pérennisation des projets agricoles souhaitant “rentrer dans l’état de droit”, il avait prévenu, en janvier, que “les forces de l’ordre [seront] mobilisées pour que ce processus se déroule dans le respect de la loi et que les squatteurs libèrent progressivement les terres qui ne leur appartiennent pas”.

Lire aussi sur L’Essor : La feuille de route de la Gendarmerie après l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes

Un barrage d'opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Crédit photo: Des ailes pour l'ouest).
Un barrage d’opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Crédit photo: Des ailes pour l’ouest).

Avec l’abandon du projet d’aéroport, l’intervention des forces de l’ordre sur ce site de 1650 hectares s’annonce moins risquée. Comme pressenti, le front uni des opposants au projet s’est en effet rapidement fissuré. Ainsi, la réouverture de la route départementale 281 a divisé, entre ceux qui refusent une normalisation des relations avec l’Etat et les partisans d’une reprise de la circulation tels que l’Acipa (Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes).

 

 

Pour autant, l’intervention des gendarmes mobiles dans le bocage nantais ne sera pas une partie de plaisir. “Nous nous attendons à une grosse détermination des zadistes, explique à L’Essor Ludovic Lacipière, membre du conseil d’administration de l’association professionnelle nationale de militaires Gendarmes & citoyens. L’autre difficulté, c’est la taille de la zone à couvrir.”

Lire aussi sur L’Essor : 2018, l’année chargée de la Gendarmerie mobile

En janvier, les autorités recensaient près de 95 squats illégaux sur les 1650 hectares de la zone d’aménagement différé, avec 150 habitants en permanence et 200 personnes la fréquentant régulièrement. Selon les chiffres rapportés par “Le Monde”, entre 50 et 80 personnes seraient concernées par l’opération d’expulsion. D’ores-et-déjà, des appels à venir prêter main-forte aux personnes susceptibles d’être expulsées ont été lancés. Et un premier front, juridique, a déjà été ouvert, avec la contestation de la légalité des éventuelles futures expulsions.

Gabriel Thierry.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.