mercredi 30 septembre 2020
Accueil / A la Une / Le commandement Terre prend racine dans l’Hexagone
L'armée de Terre dispose depuis juin 2016 d'un commandement dédié au territoire national (crédit photo: GT/ L'Essor).

Le commandement Terre prend racine dans l’Hexagone

Une page blanche à écrire, un travail « colossal » avec quelques « galères ». L’armée de Terre a symboliquement clôturé lors d’une cérémonie les deux années passées à mettre en place le commandement Terre pour le territoire national, ce lundi 16 octobre. Préfiguré à l’été 2015, après les attentats de janvier 2015, créé un an plus tard, en juin 2016, ce commandement est une petite révolution, un « rééquilibrage stratégique » pour les « Terriens ».

« Ce commandement est apparu indispensable à l’armée de Terre tournée depuis plus de vingt ans vers l’extérieur », détaille le général Christian Bailly, le commandant Terre pour le territoire national. « Il est la réponse apportée à une nouvelle menace qui s’est durcie et ne connaît aucune inflexion. »

Le général Christian Bailly (crédit photo: GT/ L’Essor).

Organisation, capacités, ou encore réponse opérationnelle : l’armée de Terre doit s’adapter à la nouvelle donne sécuritaire. En cas de crise, le « Com-TN » devra être « en mesure de renforcer les structures de commandement opérationnel » de l’armée de Terre. « Sa plus-value réside dans sa connaissance du milieu de la sécurité intérieure, de la chaîne des opérations interarmées et interministérielles ainsi que dans sa capacité à anticiper le coup d’après et les réponses à y apporter », souligne l’armée de Terre.

Une large communauté à animer

Les nouveaux Ford Ranger militarisés vont remplacer les véhicules utilisés dans l'opération Sentinelle.
Les nouveaux Ford Ranger militarisés vont remplacer les véhicules utilisés dans l’opération Sentinelle.

Concrètement, le général Christian Bailly a la responsabilité de préparer les interventions de l’armée de Terre dans l’Hexagone, sans avoir toutefois des formations directement subordonnées. Une communauté large qui va de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, des formations militaires de la Sécurité civile, du service militaire adapté, du service militaire volontaire, du 25e régiment du Génie de l’air, aux réservistes opérationnels de l’armée de Terre…

La conséquence de cette nouvelle organisation, qui s’inscrit dans la réforme plus large de l’armée de Terre appelée « Au contact », c’est le retour en force des militaires dans la sécurité intérieure, qui se constate tous les jours avec l’opération Sentinelle. « Il faut réapprendre à travailler avec la police, la gendarmerie, et la Sécurité civile », détaille Christian Bailly. Cela prend par exemple la forme d’exercices communs: deux ont eu lieu cette année, l’un avec les forces de police et la BSPP, le second avec la Gendarmerie.

La cérémonie célébrant la création du commandement terre pour le territoire national de l’armée de Terre (crédit photo: armée de Terre)

Côté matériel, les militaires espèrent des évolutions. Ils souhaitent ainsi davantage d’interopérabilité des moyens de communication ou un accès, même partiel, à l’outil cartographique Synapse. « Nous n’avons pas encore de système d’information global », qui permettrait de savoir où se situe telle unité, regrette ainsi Christian Bailly. Des rapprochements dans l’air du temps, pour le général, en témoigne la feuille de route du ministre de l’Intérieur appelant à davantage de mutualisation…

Gabriel THIERRY.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *