vendredi 29 mai 2020
Accueil / A la une / Cinq chantiers d’orpaillage clandestins démantelés en Guyane
Un site d'orpaillage illégal en Guyane (Crédit photo: DR).

Cinq chantiers d’orpaillage clandestins démantelés en Guyane

Pendant le confinement, la lutte contre les chantiers d’orpaillage clandestins en Guyane continue. Des gendarmes et des légionnaires viennent de démanteler cinq chantiers illégaux d’extraction d’or dans le nord-est du département, situé entre le Surinam et le Brésil. Une opération menée en deux temps il y a une semaine.

Pirogues, motos-pompes et essence

Le 24 avril, les gendarmes installent un dispositif de contrôle sur le fleuve Approuage à la hauteur de Régina. Une commune plus étendue que la Gironde, le plus vaste département métropolitain. Une commune, dans le parc naturel régional de la Guyane, qui abrite un détachement du 3e régiment de la Légion étrangère et son centre d’entraînement à la forêt équatoriale. Les militaires interceptent quatre pirogues. Elles contiennent des motos-pompes, 2. 000 litres d’essence et le matériel pour ravitailler les chantiers clandestins dans la forêt.

Cinq chantiers d’orpaillage clandestins découverts

orpaillage clandestin
Une moto-pompe saisie en avril 2020 dans la forêt guyanaise lors d’une opération contre l’orpaillage illégal (Photo : Gendarmerie nationale)

Le même jour une opération terrestre va permettre la découverte de cinq chantiers. Des chantiers repérés auparavant par des hélicoptères de la Gendarmerie, puis désignés avec leurs coordonnées GPS. L’opération est lancée sur le secteur de la Crique Nationale, un affluent du fleuve Kourou. Huit légionnaires et deux gendarmes de l’antenne de Cayenne du GIGN sont donc aérocordés, depuis un hélicoptère de l’armée de l’air sur le secteur. Ils découvrent alors les cinq sites d’extraction illégale .

Le lendemain, ils trouvent un campement abritant les orpailleurs illégaux, déserté par ces derniers à l’arrivée des militaires. Plusieurs carbets (abris de bois sans murs) sont alors détruits ainsi qu’une pirogue. 160 litres de carburant. Et six motopompes, un pistolet automatique 9 mm, un téléphone satellitaire, plusieurs téléphones portables, 1 tablette numérique et 18 grammes d’or saisis.

Légionnaires marsouins et gendarmes dans l’opération “Harpie”

La gendarmerie déploie en permanence sept escadrons et demi de gendarmerie mobile en Guyane, notamment pour participer à l’opération “Harpie“. Ces unités sont relevées tous les trois mois.

Lire aussi: Les gendarmes mettent fin à une série de braquages de mines d’or en Guyane avec l’appui de l’antenne GIGN

Depuis 2008, plusieurs centaines de légionnaires, de marsouins des Forces armées guyanaises (FAG) et des gendarmes participent à l’opération “Harpie. Un dispositif qui vise à éradiquer l’extraction illégale de l’or en Guyane. Le précieux métal attire des milliers d’orpailleurs clandestins venus du Surinam et du Brésil. Ils détournent le cours des rivières aurifères pour extraire les particules d’or des graviers grâce au mercure. Une exploitation illégale qui ravage le milieu naturel, y compris dans des réserves classées. Les militaires de “Harpie” cassent les flux logistiques des orpailleurs et détruisent leurs chantiers clandestins. Un combat sans fin en raison de la hausse du prix de l’or.

PMG

Appel à contribution des lecteurs numériques : Je soutiens L'Essor (et son indépendance)

5 Commentaires

  1. Paul Bismuth

    Une mission ingrate et difficile car 10 000 garimperos envahissent la forêt et passent leurs loisirs à s’enivrer et à se battre dans les rues guyanaises. Pour certains, c’est un mode de vie:
    https://www.courrierinternational.com/article/reportage-entre-le-suriname-et-la-guyane-francaise-la-frontiere-de-la-discorde

    Quelques articles rappellent la rugosité de cette mission Harpie:
    http://www.opex360.com/2020/04/03/legionnaires-et-gendarmes-ont-detruit-un-important-camp-dorpailleurs-clandestins-en-guyane/

    https://www.challenges.fr/monde/guyane-soldats-et-gendarmes-contre-garimpeiros-au-coeur-de-la-foret_639454

    La forêt guyanaise est un terrain de jeu difficile:
    https://www.parismatch.com/Actu/Societe/Guyane-avec-les-commandos-de-l-enfer-vert-1640551

    Pour être dans l’air du temps, les femmes ne sont pas épargnées dans ce fléau:
    https://www.courrierinternational.com/article/guyane-ces-bresiliennes-la-solde-des-chercheurs-dor

  2. BA367

    Une erreur c’est glissée dans ce billet, pourtant bien détaillé :

    L’armée de terre ne possède aucun hélico en Guyane, toutes les mission de renseignements, d’évacuation sanitaire, d’aérocordage (corde lisse et rappel), de sling (transport sous élingues) et aérotransport (transport de groupe de combat) sont faites uniquement par l’Armée de l’Air avec un parc de 5 SA330 Puma et 4 AS555 FENNEC.

  3. Patryck PERU DUMESNIL

    Et après 12 années d’activités, la mission Harpie a changer quoi ? rien du tout notre pays est pillé, pollué, la foret massacrée, les animaux chassés, et les Amérindiens (et pas qu’eux !) sont malades par la faute du mercure.
    Les méthodes utilisées ne sont pas adaptées à la situation.

  4. Jean Gunther

    Bonjour Mr Peru Dumesnil, votre critique de l’existant sans proposer une solution me fait penser que la noblesse de votre nom ne s’applique pas forcément à votre personnalité. Comment vous y prendriez vous pour éradiquer ce phénomène?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *