dimanche 29 mars 2020
Accueil / A la une / Cet officier de Gendarmerie a sauvé un homme de la noyade, il nous raconte
En permission, l'officier a emprunté une barque pour sauver une personne dépressive de la noyade au Pellerin, en Loire-Atlantique (Photo : S.Briand)
En permission, l'officier a emprunté une barque pour sauver une personne dépressive de la noyade au Pellerin, en Loire-Atlantique (Photo : S.Briand)

Cet officier de Gendarmerie a sauvé un homme de la noyade, il nous raconte

Alors qu’il était en permission en Loire-Atlantique, le capitaine Sylvain Briand, officier de Gendarmerie dans le Calvados, a sauvé de la noyade un homme qui venait de se jeter dans la Loire avec son véhicule.

Ce devait être un weekend de repos en famille. Mais le destin en a décidé autrement. Alors qu’il se promenait sur les bords de Loire vers 17h15, samedi 8 février 2020, le capitaine Sylvain Briand, officier communication du groupement de gendarmerie départementale du Calvados, est alerté par les cris d’un couple de passants. Ils affirment qu’un homme vient de se jeter à l’eau avec son véhicule. Le militaire, joint par L’Essor, nous a tout raconté du sauvetage.

En permission dans sa région d’origine, le gendarme remarque effectivement la présence d’une voiture en plein milieu de la Loire. Le véhicule à la dérive commence à couler. Son conducteur brise alors une vitre pour s’extraire de l’habitacle et se réfugie sur le toit. Mais le véhicule s’enfonce rapidement dans l’eau. Alors qu’il se trouve à une vingtaine de mètres de la berge, l’homme se jette à l’eau pour tenter de rejoindre la rive. “À cette époque de l’année, l’eau est à moins de 10°C. Il était vêtu d’un simple t-shirt. Il y avait donc urgence”, raconte Sylvain Briand.

Ne pas faire une deuxième victime

Originaire de Nantes, l’officier connaît bien l’endroit. Les berges sont inaccessibles, composées essentiellement de vase et de branchages. Il est impossible de se mettre à l’eau, de surcroit très froide, sans risquer de faire une deuxième victime. L’officier aperçoit à proximité un ponton sur lequel sont arrimés des bateaux. Problème: il est sécurisé par un digicode et des barbelés empêchent d’escalader le portail. D’un coup de téléphone à son neveu, marin-pêcheur dans la région, l’officier obtient le code d’accès. “Il était en état de choc et allait se retrouver bloqué dans la vase et les ronces, témoigne Sylvain Briand. Il fallait agir vite.” Le militaire emprunte alors une annexe et une rame, puis se dirige vers le naufragé pour lui porter secours.

Choqué et transi de froid, l’homme est agité. Un rapide dialogue permet de le calmer un peu afin de le hisser à bord de l’embarcation. Après une centaine de mètres, ils rejoignent le ponton où les attendent les sapeurs-pompiers. En hypothermie et blessé à la main, le désespéré a été pris en charge par les secouristes avant d’être transporté au CHU de Nantes.

Lire aussi : La magnifique attitude d’un gendarme hors service pour sauver un désespéré à Rennes

L’homme voulait mettre fin à ses jours

Entendu par les gendarmes de la brigade locale, l’homme se livre. Au téléphone avec sa compagne au moment des faits, il avait délibérément foncé dans le fleuve avec son véhicule et voulait visiblement mettre fin à ses jours. Mais une fois dans l’eau glacé, il se serait ravisé. Le véhicule a quant à lui pu être remonté à la surface et sorti de l’eau une semaine plus tard. Des recherches entreprises par les plongeurs avaient permis de le localiser par dix mètres de profondeur.

L’action salvatrice du militaire a été saluée quelques jours plus tard sur la page Facebook des gendarmes du Calvados où l’officier est affecté. L’officier? Un “héros” pour ses camarades.

Un commentaire

  1. HUB

    Action courageuse, chapeau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *