mardi 2 juin 2020
Accueil / A la une / Ces gendarmes des Yvelines qui disent merci aux makers
Un gendarme équipé d'un masque offert par les "makers" des Yvelines (Photo: DR).
Un gendarme équipé d'un masque offert par les "makers" des Yvelines (Photo: DR).

Ces gendarmes des Yvelines qui disent merci aux makers

Ces gendarmes des Yvelines disent merci aux makers. Mardi, l’une de ces bidouilleuses a en effet remis vingt masques de protection aux gendarmes de Beynes.

“Le gendarme à qui j’ai eu affaire était très impressionné par nos initiatives, et remercie tout le monde de cette mobilisation citoyenne, alors on lâche rien !“, explique ainsi cette “makeuse” dans le message annonçant ce don sur Facebook. “Préparez les machines, ça va chauffer si on veut tous les doter de nos magnifiques masques en tissu !”, ajoute cette sculpteur pour les monuments historiques.

Mobilisation des makers

Avec la crise sanitaire, les makers se mobilisent pour apporter leur coup de main contre le covid-19. Ces adeptes du “Do it yourself” (fais-le toi-même) fabriquent des masques, des visières de protection ou encore du gel hydroalcoolique. Pour ce don aux gendarmes, la makeuse a appris sur le tas la couture, jamais pratiquée auparavant.

Pour fabriquer un masque le plus efficace possible, elle s’est inspiré d’un modèle certifié Afnor. “On fait en sorte qu’il soit le plus sûr possible”, explique-t-elle à L’Essor. Après cette première livraison, un nouveau don d’une soixantaine de masques est en cours de préparation. Outre les gendarmes, les makers des Yvelines – ils sont 475 dans le groupe Facebook qui les rassemble – ont également proposé des masques à des commerçants, à la police municipale de Beynes et à des agents de sécurité. Soit autant de personnes à risques face au covid-19 pour ces makers soucieux d’aider à leur protection.

Lire aussi: Oui, les gendarmes peuvent bien porter un masque de protection, mais dans certaines conditions

Manque “cruel” de masques

“Tout le monde est atterré par cette histoire de masques” qui manquent “cruellement“, regrette la makeuse. “J’ai rencontré des gendarmes mobiles en allant faire mes courses, et j’ai remarqué qu’il n’avaient pas de masque, précise-t-elle. Il fallait réagir.” Actuellement, le port du masque de protection est autorisé pour les gendarmes seulement en cas de suspicion de covid-19. Une doctrine qui inquiète les personnels. “Comment reconnaître un individu infecté?, s’interroge ce gendarme francilien. Ce n’est pas marqué sur le front des gens.”

Un type de don sans doute pas isolé à l’échelle de l’Hexagone. Pour y répondre, la Gendarmerie vient d’ailleurs de lancer une nouvelle cellule chargée d’examiner les propositions de coup de main. J9 Innovation, c’est son nom, doit permettre aux gendarmes d’analyser plus facilement les bonnes propositions venant du terrain et des entreprises.

GT.

Un commentaire

  1. Fred

    Heureusement que la population est plus sympathique avec les gendarmes que la haute hiérarchie:
    https://www.gendinfo.fr/actualites/2020/quand-les-citoyens-fabriquent-des-visieres-de-protection-pour-les-gendarmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *