vendredi 6 décembre 2019
Accueil / A la une / Ces familles de disparus qui secondent les gendarmes d’Ariane
La une du Dauphiné Libéré à la suite des aveux de Nordahl Lelandais dans l'affaire Maëlys (Crédit photo: AV/L'Essor).
La une du Dauphiné Libéré à la suite des aveux de Nordahl Lelandais dans l'affaire Maëlys (Crédit photo: AV/L'Essor).

Ces familles de disparus qui secondent les gendarmes d’Ariane

Le logo de l'ARPD (Crédit photo: ARPD).
Le logo de l’ARPD (Crédit photo: ARPD).

Chargés d’enquêter sur l’implication de Nordahl Lelandais dans des affaires non élucidées, les gendarmes de la cellule Ariane bénéficient depuis le début de l’année d’un petit coup de pouce. L’association Assistance et recherche de personnes disparues (ARPD) a en effet épluché son fichier pour donner un coup de main aux enquêteurs. Ces proches de familles de disparus ont ainsi attiré l’attention sur 53 affaires, soit 34 disparitions inquiétantes et 19 morts suspectes.

Au sein d’Ariane, les sept enquêteurs du service central de renseignement criminel (SCRC) ont sur leur bureau 900 dossiers où le maître-chien de 35 ans pourrait potentiellement être impliqué. Ce travail colossal mené à Pontoise devrait prochainement aboutir. A la fin du mois d’août, France info, qui avait interviewé le colonel Marc de Tarlé, adjoint au sous-directeur de la police judiciaire de la Gendarmerie, estimait à un ou deux mois le temps de travail nécessaire pour achever cette tâche.

Personnalité trouble

Le Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale.

A la faveur de cette gigantesque enquête sur Nordahl Lelandais, de nombreuses familles membres de l’association ARPD ont redemandé la réouverture de l’affaire les concernant. La personnalité trouble de l’ancien militaire et l’existence de nombreuses affaires non élucidées en Haute-Savoie et en Savoie leur ont mis la puce à l’oreille. Une aide pris en compte par la Gendarmerie. “Notre préoccupation, ce sont les victimes et leurs familles, avait ainsi rappelé le général Jean-Philippe Lecouffe, le sous-directeur de la police judiciaire, sur Europe 1. Alors évidement quand des informations nouvelles nous sont apportées sur une disparition inexpliquée, nous prenons les dossiers et nous les travaillons.”

Lire aussi sur L’Essor : [Série d’été] Le jour où… Nordahl Lelandais a avoué (vidéo)

Le bureau de l'ARPD (Crédit photo: ARPD).
Le bureau de l’ARPD (Crédit photo: ARPD).

Cette coopération entre gendarmes et particuliers est bien bornée. “Nous connaissons les règles, explique à L’Essor Bernard Valezy, commissaire divisionnaire et vice-président de l’association. Si nous faisons remonter des informations, les gendarmes n’ont pas la possibilité de nous rapporter le résultat de leurs recherches. Nous ne sommes pas un service d’enquête, mais au service des familles pour les assister.”

Créée en 2003, l’ARPD s’est réjouie de la création de la cellule Ariane. Cette section “décharge les services enquêteurs de certaines investigations”, note Bernard Valezy. Concrètement, les enquêteurs d’Ariane se sont intéressés au parcours de vie de Nordahl Lelandais. En croisant ces données avec celles des dossiers non-élucidées avec le logiciel Anacrim, ils ont déjà pu écarter des pistes, telles que la disparition d’Estelle Mouzin en 2003 en Seine-et-Marne.

Lire aussi sur L’Essor : Anacrim, le logiciel derrière le rebondissement de l’affaire Gregory

Une structure pérenne demandée

L’association espère désormais qu’Ariane sera suivie d’une structure plus pérenne centralisant les disparitions. “Nous demandons qu’une telle création soit étudiée entre la Police, avec l’Office central pour la répression des violences aux personnes, et la Gendarmerie”, précise Bernard Valezy.

Les familles de disparus attendent désormais d’en savoir plus, dans les cabinets des magistrats, sur les conclusions des gendarmes. Elles sauront alors s’il existe un potentiel lien entre leurs affaires et Nordahl Lelandais. En cas de réponse négative, ces familles se mettront en quête d’une nouvelle piste. L’ancien militaire est poursuivi aujourd’hui dans deux affaires, celles de la petite Maëlys et du caporal Arthur Noyer. Tous deux, selon ses mots, morts accidentellement.

Gabriel Thierry

A voir également

Les visages des treize militaires tués au Mali (Crédit photo: ministère des Armées).

Les biographies des 13 soldats français tués au Mali

Le président de la République a détaillé dans son hommage aux 13 soldats tués au Mali le parcours des militaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *