dimanche 22 septembre 2019
Accueil / A la une / Pour son nouveau cercle de réflexion, l’Anssi enrôle un ancien gendarme polytechnicien
Le général de corps d'armée (2S) Serge Caillet avant sa retraite. Photo d'archives (Crédit photo: DR).

Pour son nouveau cercle de réflexion, l’Anssi enrôle un ancien gendarme polytechnicien

Elle a déjà dix ans. L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) fête en grande pompe sa première décennie ce mardi 4 juin. Elle vient de créer un nouveau cercle de réflexion, l’Agora 41, dont fait partie Serge Caillet, un officier général de Gendarmerie qui a marqué l’Arme.

Son arrivée n’est pas due au hasard. Le sexagénaire est certes aujourd’hui directeur du développement dans le cabinet de conseil en cybersécurité Fidens. Mais ce général de corps d’armée (2S) est surtout connu pour avoir mis sur pied l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie (IRCGN) en 1987.

Lire aussi sur L’Essor: 2018, une année chaude pour les cyber-pompiers de l’Anssi

41 personnalités, dont Serge Caillet

Lancé au début de l’année, l’Agora 41 est, explique l’Anssi, “un espace de réflexion libre“. Ce cercle réunit en tout 41 personnalités, dont Serge Caillet. Ce dernier s’intéressera particulièrement à la thématique de “l’écosystème”. Au sein de ce cercle, “il y a des personnes de profils très différents, c’est une richesse”, explique-t-il à L’Essor. Et de remarquer:

“Ce qui m’intéresse, c’est la dimension juridique et l’évolution sociétale. Par exemple, le règlement général de la protection des données n’a finalement pas bouleversé le corpus juridique. De nombreuses dispositions existaient déjà depuis 1978 dans la loi Informatique et libertés. Mais il a suscité une prise de conscience. Le public se rend compte maintenant que les données personnelles doivent être protégées.”

Entré dans la Gendarmerie en 1978, le polytechnicien Serge Caillet a alterné dans l’Arme les postes de commandement sur le terrain et à la direction générale. A la tête de la sous-direction en charge de la police judiciaire, il fonde le bureau de lutte anti-terroriste et les trois premiers offices centraux rattachés à la Gendarmerie.

Lire aussi sur L’Essor: Au cœur du laboratoire des gendarmes hackers

Et à l’IRCGN, créé après l’affaire Gregory, il militera pour développer le laboratoire Informatique-Electronique (INL). Ce laboratoire, l’un des joyaux aujourd’hui des cybergendarmes, sera lancé en 1992. “Nous voulions avoir la capacité, lors d’une perquisition, de rentrer dans le carnet d’adresse des téléphones fixes“, se souvient Serge Caillet. Une démarche chère à l’ingénieur, qui voulait, avec l’IRCGN, “apporter aux magistrats toutes les possibilités techniques permettant de résoudre les enquêtes”.

Gabriel Thierry

A voir également

La cour d'honneur de l'Elysée, en 2014, lors des Journées du patrimoine (Crédit photo: Vostok 91/ Flickr)

38 escadrons mobilisés pour des Journées du patrimoine sous tension

Les 36e Journées du patrimoine s'annoncent brûlantes. L'événement, sous protection de nombreux escadrons, risque d'être bousculé par les Gilets jaunes.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *