jeudi 28 mai 2020
Accueil / A la une / Ce qu’il ne faudra pas manquer au FIC 2020
Au FIC 2019. Photo d'illustration (Crédit photo: FIC 2019).
Au FIC 2019. Photo d'illustration (Crédit photo: FIC 2019).

Ce qu’il ne faudra pas manquer au FIC 2020

Ce mardi 28 janvier, le Forum international de la cybersécurité ouvre ses portes à Lille. Revue de ce qu’il ne faudra pas manquer pour cette douzième édition du FIC 2020, un salon organisé par la Gendarmerie, la société CEIS et la région Hauts-de-France.

Le premier jour

Bureau Nouvelles technologies (N.T.E.C.H.) / Section de recherche de Caen (Photo d'illustration S.D L'Essor)
Bureau nouvelles technologies. Photo d’illustration (Crédit photo: SD/ESSOR)

C’est une nouveauté. Cette année, le FIC se déroule sur trois jours. Conséquence de ce changement ? La conférence sur la réponse aux incidents et l’investigation numérique (Coriin), organisée autrefois en marge du FIC, est désormais intégrée à l’événement, le mardi. Une journée technique à ne pas manquer pour les enquêteurs numériques. Investigations téléphoniques et retours d’expériences devraient donner du grain à moudre aux enquêteurs N-tech de la Gendarmerie.

Lire aussi: La conférence Coriin, l’autre facette du FIC

Les interventions des gendarmes

Evénement maison oblige, les militaires de la Gendarmerie se sont invités dans de nombreuses conférences. Le chef du très prestigieux département INL (informatique-électronique) de l’institut de recherches de la Gendarmerie, Cyril Debard, participera ainsi à des débats mercredi. La thématique? L’investigation numérique à l’épreuve des avancées technologiques. A noter également les interventions prévues du commandement en second de l’Oclaesp, Ludovic Ehrhart, sur les commerces illicites, ″nouvel eldorado de la criminalité numérique″, et de Fabienne Lopez, la cheffe du C3N, sur l’action de son unité contre les botnets.

Lire aussi: Les cybergendarmes du C3N torpillent un réseau informatique de machines infectées

Les concours

Prix de la start-up, prix du livre ou encore recherche en live de vulnérabilités informatiques. Il y en a pour tous les goûts ! Les recruteurs de la Gendarmerie auront notamment l’oeil sur les deux challenges d’investigation numérique organisés, mercredi et jeudi après-midi. Un événement qui permet de distinguer des ″profils prometteurs, d’encourager et de valoriser chaque année les métiers liés au forensic [investigation numérique] et à la lutte informatique défensive″.

Les annonces officielles

Les ministres des Armées ou de l’Intérieur profitent généralement du FIC pour distiller quelques annonces. Il y a deux ans, Florence Parly avait annoncé par exemple l’embauche dans les six ans à venir de 1.000 cybercombattants. Cette année, les regards seront tournés vers les cyberpompiers de l’État, l’Anssi, et les services du Premier ministre. Ces derniers pourraient bien faire des annonces sur le projet de Campus cyber, un projet sur la table d’Edouard Philippe depuis le début du mois de janvier.

GT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *