jeudi 28 mai 2020
Accueil / A la une / Ce que l’on sait de l’attaque de la gendarmerie de Dieuze
La gendarmerie de Dieuze (Crédit photo: Google Maps).
La gendarmerie de Dieuze (Crédit photo: Google Maps).

Ce que l’on sait de l’attaque de la gendarmerie de Dieuze

La gendarmerie de Dieuze a été prise pour cible. Ce lundi 3 février, un jeune militaire de 19 ans a attaqué cette caserne de Moselle armé d’un couteau.

Résultat de cette dangereuse intrusion? Deux personnes blessées. L’assaillant, d’une part, touché à deux reprises par un gendarme. Ce dernier, d’autre part, touché par le jeune militaire à la main. Un peu plus tôt dans la journée, le centre opérationnel de la Gendarmerie avait reçu un appel inquiétant. Un individu, qui déclarait être militaire et se revendiquant de l’Etat islamique, annonçait l’imminence d’un carnage à Dieuze.

La gendarmerie de Dieuze pas prise au dépourvu

On en sait déjà un peu sur l’attaque proprement dite. Le centre opérationnel a prévenu les gendarmes de la brigade territoriale de proximité de Dieuze des menaces téléphoniques. Ceux-ci n’ont donc pas été pris au dépourvu. “Le planton de garde a bien réagi, détaille à L’Essor un officier général. Il a protégé la femme de ménage qui se trouvait dans les locaux. L’homme, armé de son couteau, s’est ensuite dirigé vers un autre gendarme qui a alors tiré”, en situation de légitime défense.

“Chacun a fait son travail”, salue-t-il. Un autre officier supérieur rappelle que ce type d’intrusion est pris en compte “depuis plusieurs années”. “Les militaires sont donc sensibilisés”, poursuit-il. Avec succès donc. Florence Parly et Christophe Castaner, les ministres des Armées et de l’Intérieur, ont félicité le “sang-froid et le professionnalisme” des gendarmes.

La piste terroriste n’est, pour l’instant, pas retenue

Si la piste terroriste est envisagée, le parquet national anti-terroriste ne s’est pas saisi pour le moment de cette affaire, selon nos informations. Cette position est toujours susceptible d’évoluer en fonction de l’évolution des investigations. Pour l’heure, c’est le parquet de Metz qui suit l’affaire. La direction régionale de la police judiciaire et à la section de recherches de Metz se partagent l’enquête. Personnalité de l’assaillant et ses faits et gestes avant son passage à l’acte seront au menu des enquêteurs. Le jeune homme était en apprentissage au centre de formation initiale des militaires du rang de Dieuze.

Lire aussi: Comment la Gendarmerie, prise pour cible, compte sécuriser ses casernes

D’ores et déjà, l’attaque de Dieuze relance la question sensible de la sécurité des casernes. Les trois attaques de gendarmerie à l’automne 2017 en Isère et à Limoges avait entraîné la mise sur pied d’un plan de 5 millions d’euros pour sécuriser les bâtiments des militaires. A l’époque, des gendarmes s’alarmaient. Des individus proches de la mouvance djihadiste auraient en effet  photographiés plusieurs casernes de l’ouest de la France. Une menace prise très au sérieux. “Une attaque dans une gendarmerie, c’est toujours inquiétant, poursuit l’officier supérieur déjà cité précédemment. D’autant plus qu’une gendarmerie doit rester ouverte pour accueillir le public. La menace terroriste reste très actuelle.”

G.T et P-M.G.

5 Commentaires

  1. Richard Candillier

    Serait ce encore un déséquilibré de plus !! très contagieux cette maladie ??

  2. Daniel Chollet

    Ce que l’on ne sait pas : le “profil” de l’attaquant .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *