vendredi 18 janvier 2019
Accueil / A la une / Caen : peine allégée en appel pour un multi récidiviste ayant menacé de mort et outragé des gendarmes
palais de justice de Caen 2016.
Le palais de justice de Caen (S.D/L'Essor).

Caen : peine allégée en appel pour un multi récidiviste ayant menacé de mort et outragé des gendarmes

La cour d’appel de Caen (Calvados) a allégé lundi la peine prononcée à l’encontre d’un délinquant multi-récidiviste  de 22 ans poursuivi pour le vol d’un vélo, et surtout pour avoir menacé et outragé deux gendarmes de la compagnie de Bayeux, en juillet 2017.

Condamné en première instance – en son absence – à six mois de prison ferme, Bradley Roulet a écopé lundi soir de quatre mois de prison avec sursis. S’il ne veut pas être amené à purger sa peine, le Bayeusain devra également effectuer 105 heures de travail d’intérêt général dans un délai de 18 mois.

Outre la peine d’emprisonnement, l’intérimaire devra verser 850 euros de dommages et intérêts à Frédéric D. et Anthony C., les deux gendarmes insultés et menacés. En première instance, le tribunal correctionnel de Caen avait également révoqué un précédent sursis à hauteur de quinze jours de prison.

Présent à la barre, le jeune homme avait été interpellé en pleine nuit, au guidon d’un vélo volé, sur une route départementale de Ryes. Le cycliste féru de balade nocturne avait surtout une paire de menottes qui pendait au poignet. Arrêté quelques heures plus tôt pour une rixe sur fond d’alcool en bord de mer, le jeune homme a en fait profité d’un moment d’inattention des gendarmes pour leur fausser compagnie.

Ce sont des réservistes de Courceulles-sur-Mer qui l’avaient interpellé”, a précisé Frédéric Dutheil, le maître- de- chien qui a ensuite intercepté le prévenu alors qu’il tentait de rentrer chez lui, à Bayeux. Présent à l’audience, le militaire avait été copieusement insulté par le voleur de vélo : “La situation s’est rapidement compliquée, il est quand-même vaillant.”

Il avait menacé de tuer les deux gendarmes, leur famille et même le chien!

Hors de lui, Bradley Roulet avait menacé de tuer les deux gendarmes, leur famille et…”même le chien”, a soupiré Patrick Picquendar, le magistrat qui a instruit le dossier. Les militaires avaient dû le menotter aux poignets, et aux chevilles cette fois, pour l’empêcher de leur donner des coups. “Je n’aimais pas trop l’autorité à cette période”, s’est timidement défendu l’intéressé avant d’être interrompu par le magistrat : “vous vouliez les prendre un par un !”

Vol, recel, violences… Condamné à cinq reprises, l’intérimaire en manque de repères enchainait les petits délits. Sans parvenir à s’en expliquer à la barre. “On lui reproche d’avoir trop parlé le jour des faits. C’est dommage de devoir lui arracher les mots de la bouche aujourd’hui”, s’est agacé l’avocat général. Dans ses réquisitions, le représentant du parquet s’est néanmoins dit favorable à une alternative à son emprisonnement.

Dans sa plaidoirie, l’avocat du jeune Bayeusain avait quant à lui demandé sa relaxe pour le vol du vélo. “On ne sait même pas à qui il a été pris et où. Ce vélo pourrait très bien avoir été abandonné sur le bord de la route”, a insisté le conseil, sans convaincre les magistrats de la cour.

BM (PressPepper)

A voir également

Un lanceur de balles de défense de 40 mm (Crédit photo: MG/L'Essor).

Le Défenseur des droits demande la suspension des lanceurs de balles de défense (actualisé avec réaction Nunez)

Ce jeudi, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a demandé  la suspension de l’usage des lanceurs …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !