vendredi 4 décembre 2020
Accueil / A la Une / Manifestation anti-nucléaire dans la Meuse : deux gendarmes blessés
Des gendarmes mobiles à l'entrainement (M. Guyot/Essor)
Des gendarmes mobiles à l'entrainement (M. Guyot/Essor)

Manifestation anti-nucléaire dans la Meuse : deux gendarmes blessés

Des opposants au projet Cigéo de stockage de déchets radioactifs à Bure (Meuse) qui occupaient un bois pour empêcher le lancement des travaux, ont été évacués jeudi, et des forces de l’ordre étaient encore sur place à la mi-journée, ont indiqué des militants et la préfecture.

“Ce matin à 06H30, la police a évacué des dizaines de personnes”, a annoncé Me Etienne Ambroselli, dont “des enfants que nous avons pu faire partir”, a-t-il ajouté. L’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), à l’origine du projet, avait porté plainte contre l’occupation par anti-Cigéo du bois de Mandres-en-Barrois, qu’elle avait acquis, et demandé à la préfecture l’expulsion des opposants.

Lors de l’opération, qui a duré une heure, “deux gendarmes ont été blessés, l’un par l’explosion d’une fusée de barricade, le second par morsure d’un opposant”, qui a été interpellé, selon un communiqué de la préfecture. Un opposant a aussi été blessé par brûlures, et a pu être pris en charge par des habitants d’un village voisin mais n’a pas nécessité d’hospitalisation, selon une source proche des manifestants.

“Nous n’étions pas assez face à la répression policière, mais c’est la meilleure publicité qu’on puisse nous faire, nous reviendrons, plus nombreux(ses) et déterminé(e)s”, a ajouté cette source, jointe par téléphone.

Dans un communiqué, le Réseau “Sortir du nucléaire” a appelé “à amplifier la résistance contre le projet Cigéo et à les rejoindre massivement sur le terrain lors des prochains rendez-vous”. Les opposants ont donné rendez-vous à leurs soutiens vendredi à 6h à Bure, “pour bloquer les travaux et reprendre la forêt”, et les 9 et 10 juillet pour un “week-end forêts en résistance”.

Cette opération a eu lieu alors que les opposants avaient entamé une procédure en rétractation de l’ordonnance d’expulsion, et qu’une audience devait avoir lieu le 13 juillet, à la demande de l’Andra. “On joue le jeu, on est légalistes, et on est face à de la violence institutionnelle radicale”, a dit Me Ambroselli. Interrogé sur la décision d’intervenir avant l’audience, le préfet de Meuse, Jean-Michel Mougard, a répondu lors d’une conférence de presse que la procédure en référé n’avait pas de caractère suspensif.

Le projet Cigéo doit accueillir à Bure, à la frontière entre la Meuse et la Haute-Marne, les déchets les plus radioactifs ainsi que ceux ayant la durée de vie la plus longue, à 500 mètres sous terre. Selon le site internet de l’Andra, s’il est autorisé, “Cigéo est prévu pour être exploité de manière progressive pendant au moins 100 ans”. Mi-mai, le Sénat a adopté une proposition de loi visant à donner l’autorisation législative nécessaire à la poursuite du projet. Le texte doit être examiné par l’Assemblée nationale.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.