mardi 20 août 2019
Accueil / A la une / Brigade fermée dans le Lubéron: des élus se battent pour le maintien des effectifs

Brigade fermée dans le Lubéron: des élus se battent pour le maintien des effectifs

Fermée depuis décembre 2018, la brigade  de Beaumont-de-Pertuis (Vaucluse) va être dissoute. Du coup, les élus du sud Lubéron se mobilisent pour le maintien des effectifs de Gendarmerie dans ce secteur. Le point sur ce dossier impacté par le possible transfert de la commune de Pertuis, dans les Bouches-du-Rhône.

S’ils comprennent, plus ou moins, les élus s’inquiètent néanmoins pour leur sécurité. Ils se mobilisent et médiatisent la situation. Interviewés par France 3, ils demandent le maintien des effectifs dans ce secteur du Lubéron. Mais le dossier se complique en raison du possible transfert de la commune de Pertuis dans les Bouches-du-Rhône. La compagnie de Gendarmerie a en effet son siège à Pertuis.

Le 20 février, le maire de Beaumont-de-Pertuis a reçu un courrier de la Gendarmerie. La missive sonne le glas de la brigade installée dans sa commune depuis des lustres. Le bail ne sera pas renouvelé lui annonce la lettre. La raison: le mauvais état du bâtiment conjugué à sa situation géographique.

La Gendarmerie qui paye toujours un loyer,  (30000 euros par an), lui a demandé en 2018  de faire des travaux mais ceux-ci n’ont pas été engagés.

Lire aussi sur L’EssorNouvelles extensions de compétences territoriales pour des unités de Gendarmerie

“J’avais proposé en novembre d’effectuer les travaux nécessaires avec un emprunt”  explique Jacques Natta, le maire de Beaumont. “Mais“, précise l’élu, “je sollicitais en contrepartie l’assurance d’une reconduction du bail pour 9 ans“.

Se disant “déçu“, il “regrette d’avoir investi 90 000 euros dans la réfection de la toiture”. Mais surtout, il réfute vigoureusement le terme “insalubre”. “J’ai conscience de l’état du bâtiment, j’avais l’intention de refaire l’électricité, mais je ne peux accepter le terme d’insalubrité, cela me dérange de porter le chapeau” lâche t-il, amer.

“Ce n’est pas une ruine, loin de là” juge t-il en estimant que les “travaux non effectués sont une excuse pour quitter la commune”.  Dépité,  le premier magistrat espère néanmoins que la Gendarmerie maintiendra les effectifs et surtout la sécurité sur sa commune.

Le maire de la Tour d’Aigues propose d’accueillir la Gendarmerie

On est à 30 minutes de l’agglomération d’Aix-Marseille, le Lubéron est un gros secteur qui connait le plus fort taux de criminalité” explique pour sa part Jean-François Lovisolo. Le maire de La Tour-d’Aigues et président de l’association des maires de Vaucluse “comprend”  le maire de Beaumont-sur-Pertuis. Face à la situation, il veut surtout “un engagement de l’Etat de maintenir les effectifs sur Pertuis”. Et ce même “s’il n’ignore pas les contraintes de la Gendarmerie qui fait ce qu’elle peut avec ses moyens”.

Pour lui,“cette question des effectifs est le vrai débat dans cette affaire”. Anticipant l’éventuel transfert de Pertuis dans les Bouches-du-Rhône, il a déjà proposé d’accueillir une caserne sur sa commune. “Il y a une réserve foncière disponible” précise t-il.

Le processus de dissolution initié

Le général de corps d’armée Marc Lévêque confirme la fermeture programmée de la brigade de Beaumont-de-Pertuis. “Le processus de dissolution est initié, et la décision sera prise au niveau ministériel” dit à l’Essor le patron des gendarmes de Provence Alpes Côte d’Azur. Il justifie cette fermeture d’une part par l’insalubrité des locaux. “La caserne qui était déjà vétuste et dégradée a subi de grosses intempéries en 2017, je m’y suis rendu, j’ai constaté moi même l’insalubrité des locaux” détaille le général. “Il y a des infiltrations dans les murs, l’installation électrique n’est plus aux normes”, précise le général.

“Je n’ai pris personne au dépourvu, le maire et le député ne peuvent pas être surpris, explique le général qui a échangé avec le préfet sur ce dossier dès le début”.

Ouverte deux demi-journées par semaine

L’autre facteur conduisant au processus de dissolution est la position géographique de la brigade. Elle très excentrée. Et a également une activité faible. Avant d’être fermée en décembre 2018, elle n’ouvrait que deux demi-journées par semaine. Elle enregistre un nombre famélique de gardes-à-vue. Deux en 2018!

Concernant la présence des gendarmes sur le secteur, le général Lévêque met en avant les bons résultats du groupe de contact créé à la communauté de brigades (COB) de Pertuis dans le cadre de la Police de sécurité du quotidien (PSQ). Les chiffres s’améliorent nettement en matière d’atteintes aux personnes et aux biens, constate le commandant de région.

Des renforts à l’été

Au sujet de la suppression de quatre postes de gendarmes de la brigade, le général Lévêque n’a pas la même lecture de la situation. L’effectif était de 7 gendarmes et 2 GAV, 3 ont été affectés à Pertuis et les autres ailleurs. “Il y a un trou à l’emploi ponctuel à Pertuis qui est lié au mutations annuelles”.`

“Je m’engage à affecter dès que possible un ou deux gendarmes à Pertuis” annonce néanmoins le général Lévêque qui explique que la gestion des effectifs de Pertuis est aussi liée à l’avenir de la commune. “Nous sommes dans l’expectative” .

Didier Chalumeau

 

A voir également

La 1ère compagnie de l’école de Dijon à la nécropole de la guerre d’Indochine pour honorer son parrain

La 16ème promotion de l'école de Gendarmerie de Dijon s'est rendue au mémorial des morts d'Indochine à Fréjus afin d'honorer leur parrain, ancien d'Indochine.

Un commentaire

  1. Laurence MICHIELI

    La mairie se plein mais il faut voir comment étaient logés les gendarmes et leurs familles !!! Une honte !

    Toiture refaite oui mais il fallait voir comment ! Dès qu’il pleuvait les logements et les locaux étaient inondés !

    C’est très bien qu’elle ait fermé et les militaires redéployés. Il fallait prendre soin d’eux quand ils y étaient. Trop tard pour pleurer maintenant et c’est tellement facile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *