vendredi 22 février 2019
Accueil / A la une / Barrages levés en Nouvelle-Calédonie après une opération de gendarmerie
Photo d'illustration (Photo S.D L'Essor).
Photo d'illustration (Photo S.D L'Essor).

Barrages levés en Nouvelle-Calédonie après une opération de gendarmerie

La circulation a été rétablie lundi sur la route de Saint-Louis en Nouvelle-Calédonie, coupée depuis dimanche en raison de barrages, de jets des pierres et de tirs d’armes à feu par une poignée d’individus, ont indiqué les autorités.

Tôt lundi matin, les gendarmes sont intervenus avec des moyens lourds dont quatre VBRG (Véhicules blindés à roues de la gendarmerie) pour tenter de dégager la route, entravée depuis la veille par des carcasses de voitures brûlées et des troncs d’arbres. “Les véhicules ont été la cible de tirs d’armes de gros calibre et l’opération a dû être suspendue”, a indiqué une porte-parole du haut-commissariat de la République (préfecture).

A la mi-journée, plusieurs dizaines d’habitants de cette tribu kanake située sur la commune du Mont-Dore, en périphérie de Nouméa, ont cependant pris le relais pour dégager la route. Devant la presse, ils ont dénoncé les exactions d’un tout petit groupe de jeunes.

Dans l’organisation coutumière kanake, la tribu désigne une communauté, regroupant un ou plusieurs clans, et possédant des terres réservées aux peuples kanaks. Le terme de tribu sert également à désigner la zone d’habitations où ses membres vivent. “Ils en ont marre. La mairie et les forces de l’ordre ont donné la main pour nettoyer la voie et du coup, les jeunes se sont retirés”, a déclaré Eric Gay, maire du Mont-Dore. En fin d’après-midi, la circulation a été rétablie.

Des agissements condamnés par la ministre des Outre-mer

“La gendarmerie nationale restera présente sur la zone et sera en capacité de réagir sans délai en cas de nouvel incident”, a indiqué le haut-commissariat.

Dans un communiqué, la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, a condamné “avec la plus grande fermeté les agissements d’un groupe d’individus qui ont établi des barricades et se sont attaqués à des automobilistes ainsi qu’à des gendarmes”.

Ce nouvel accès de violences intervient un peu plus de deux semaines après la mort d’un jeune homme de 23 ans, originaire de la tribu de Saint-Louis et évadé de prison depuis juin 2015, mortellement blessé par un gendarme alors qu’il tentait de forcer un barrage au volant d’une fourgonnette. Le lendemain, six gendarmes avaient été blessés lors d’affrontements entre des jeunes de sa tribu et les forces de l’ordre, avant un retour précaire au calme.

Une enquête est en cours pour déterminer si le gendarme a agi en état de légitime défense, et le gouvernement a annoncé l’envoi en Nouvelle-Calédonie de 53 policiers et gendarmes supplémentaires.

A voir également

Guyane : un ancien commandant d’une brigade condamné à 6 mois ferme pour aide à l’orpaillage clandestin mais relaxé pour corruption

Jugé le 10 janvier par le tribunal correctionnel de Cayenne, un ancien commandant de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement notre dernier dossier : « il y a 10 ans, le rattachement de la Gendarmerie au Ministère de l‘Interieur »

Vous n’êtes pas (encore) abonné à notre magazine « L’Essor de la Gendarmerie Nationale », je vous propose de recevoir, gratuitement, notre dossier du mois de janvier, en tiré à part.


Il vous suffit pour cela de nous retourner, en un clic, le simple bulletin ci-dessous :